Anévrisme cérébral : un scanner peut-il le prévoir ?

Publicité

Le plus grand danger de l'anévrisme cérébral, c'est qu'il se rompe. Là, les chances de survie des patients sont relativement faibles. Aussi est-il primordial de détecter la présence d'un anévrisme le plus tôt possible. Pour cela, plusieurs examens radiologiques s'avèrent révélateurs, à l'image du scanner. 

Publicité

Anévrisme cérébral, souvent détecté par un scanner

Dans de nombreux cas, un anévrisme du cerveau non rompu est repéré fortuitement lors d'un scanner, ou tomodensitométrie cérébrale, pratiqué pour une autre pathologie telle que des maux de tête. Cet examen radiologique qui utilise les rayons X permet de visualiser davantage de structures crâniennes que ne le ferait une simple radiographie. Il est également possible d'injecter un liquide de contraste afin de rechercher une éventuelle lésion hémorragique. C'est le cas notamment lorsque le patient a subi un traumatisme crânien.

Publicité
Anévrisme cérébral, l'angiographie comme examen de référence

Lorsqu'un scanner cérébral révèle la présence d'un anévrisme, le médecin préconise généralement la réalisation d'une angiographie. Egalement appelé artériographie cérébrale, cet examen est indispensable pour visualiser l'emplacement, la nature et la taille de la dilatation artérielle. Utilisant également les rayons X associés à un produit de contraste, cette technique d'imagerie médicale révèle les veines, les vaisseaux et les artères, c'est-à-dire toute l'arborescence vasculaire du cerveau, avec une grande précision. L'angiographie est l'examen de référence pour débuter la prise en charge d'un patient présentant un anévrisme non rompu.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité