Anévrisme cérébral : les chances de survie

Anévrisme cérébral : les chances de survie©istock

Anévrisme, anévrisme cérébral, rupture d’anévrisme… Tous ces termes nous effraient et nous sont familiers, mais connaît-on vraiment leur signification ? Peut-on survivre à un anévrisme cérébral ? Est-il possible de s’en sortir sans séquelles ?

Publicité
Publicité

Qu’est-ce qu’un anévrisme ?

Lorsqu’une artère se dilate, elle peut entraîner la formation d’un petit sac de sang appelé anévrisme. Lorsque la pression artérielle est trop importante, cette petite poche finit par se fissurer ou rompre complètement, provoquant une hémorragie. C’est la rupture d’anévrisme. Ce phénomène se produit principalement dans les artères cérébrales (anévrisme cérébral), plus rarement dans l’aorte thoracique (anévrisme aortique).

Symptômes et causes de l’anévrisme cérébral

L’anévrisme peut être asymptomatique ou se manifester par plusieurs signes tels que des maux de tête, des troubles de l’équilibre, des troubles de la vision ou une fatigue. L’origine des anévrismes n’est pas bien comprise, mais il existe plusieurs facteurs de risque : hypertension artérielle, obésité, diabète, tabagisme, sédentarité, hérédité (anévrisme cérébral héréditaire)…

Taux de survie en cas de rupture d’anévrisme cérébral

Publicité

En France, environ deux patients sur trois survivent à un anévrisme cérébral. La moitié d’entre eux s’en sort sans séquelles, l’autre présente des complications plus ou moins graves. Les séquelles peuvent être passagères (maux de tête, vertiges) ou définitives (hémiplégie). Les chances de guérison sans séquelles diminuent considérablement en cas de coma : environ une sur dix si le patient est jeune, une sur vingt s’il est âgé de plus de 60 ans.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité