Publicité
Publicité

Aucun vaccin contre le virus du SIDA n’est actuellement disponible. Cela prendra probablement encore plusieurs années avant qu’il soit mis au point et commercialisé à grande échelle.

La meilleure arme disponible contre le virus du SIDA reste la prévention, simple à réaliser individuellement.

Publicité
Le virus du SIDA se transmet de trois manières différentes :

- par des rapports sexuels sans protection avec une personne infectée par le virus du SIDA,
- par le sang, lors d’utilisation de seringues ou d’aiguilles qui ont déjà servies à des personnes infectées par le virus du SIDA,
- lors de la grossesse, transmission de la mère à l’enfant.

Il faut savoir que certaines personnes peuvent être porteuses du virus du SIDA sans le savoir ; il faut donc être d’autant plus vigilant.

Tout acte sexuel pénétrant non protégé (vaginal, anal, oral), que les partenaires soient hétérosexuels, homosexuels ou bisexuels, est potentiellement infectant.

Seule la certitude absolue de se trouver face à un partenaire séronégatif garantit un risque nul. On mesure à quel point, en dehors d’une relation stable, cette condition est rarement remplie.

Les rapports non protégés pendant les règles chez la femme, les rapports non protégés violents traumatisant les muqueuses, la présence de maladies sexuellement transmissibles chez l’un des partenaires, sont associés à un risque de contamination plus élevé.

Le préservatif reste le seul moyen sûr de se protéger et de protéger les autres.

Les toxicomanes par voie intraveineuse ne peuvent se prémunir à la fois contre le Sida et contre l’infection par le virus de l’hépatite C qu’en utilisant pour chaque injection une aiguille neuve et stérile. En aucun cas, l’aiguille ni même le matériel de préparation du produit à injecter ne doivent être partagés.

Toute personne qui se blesse avec du matériel potentiellement infecté (aiguille, cathéter, ...) doit le plus rapidement possible consulter un centre d’urgences ou de dépistage anonyme et gratuit. Après évaluation du risque, un médecin jugera de l’opportunité de l’indication d’un traitement prophylactique.

Le risque de transmission mère- enfant, durant la grossesse, est actuellement très diminué chez les femmes grâce à l’association de plusieurs facteurs : un traitement à base d’antirétrovitraux chez la mère, un suivi régulier de toute la grossesse et un accouchement par césarienne le plus souvent.

En France, il est actuellement contre-indiqué à la femme séropositive d’allaiter son enfant car le virus du Sida est présent dans le lait.

Mais la prévention passe également par le dépistage. Il est primordial de reconnaître le plus tôt possible l’infection par le VIH pour se donner le maximum de chances de contrôler l’évolution de la maladie.

Août 2007

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité