D'où viennent les "déviances" sexuelles ?

Echangisme, triolisme, fétichisme, sado-masochisme... Ils sont plus pratiqués que vous ne le croyez ! Mais d'où vient l'attirance de certain(e)s pour ces pratiques sexuelles hors norme ? Qui est le plus concerné ? Médisite.fr fait le point.

Publicité

L'échangisme

echangisme Qu'est-ce que l'échangisme ?

Publicité
Selon une étude publiée par l'Ifop en juin 2010, 35% d'hommes et 16% de femmes accepteraient de pratiquer l'échangisme si leur partenaire leur proposait ! "C'est un troc de partenaire sexuel. On échange son mari contre un autre homme ou sa femme contre une autre. Cela peut aussi se faire entre homosexuels", explique Caroline Le Roux, psychologue et sexologue. L'autre partenaire, présent, peut être spectateur de la scène ou acteur.
D'où vient l'envie de pratiquer l'échangisme ? "De l'envie de voir l'acte sexuel, de voir son/sa partenaire en train de faire l'amour – ce qui peut être très excitant. C'est une envie que nous avons tous en nous", explique notre interlocutrice. Certains la concrétisent, d'autres pas. Par ailleurs, la pratique de l'échangisme peut aussi être un moyen de céder à l'infidélité, sans être obligé de mentir. "C'est un essai pour ne pas vivre les amours extérieures dans la séparation et la rupture mais au contraire dans le partage", indique le Dr Michel Lobrot, spécialiste en psychologie ( Guide pratique de la vie de couple ).
Qui est le plus souvent demandeur ? Ce sont le plus souvent les hommes qui proposent la pratique de l'échangisme à leur partenaire.
Faut-il accepter l'échangisme ? "Il ne faut pas se sentir obligé d'accepter. Si on est mal à l'aise, on risque de se sentir violé, de ne pas avoir de plaisir et cela peut entraîner des conflits dans le couple", prévient Caroline Le Roux. S'il est important de bien écouter celui ou celle qui propose et pourquoi il/elle propose, il faut aussi qu'il/elle sache entendre et respecter la réponse de son/sa partenaire.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité