Comment utiliser sans risque les plantes médicinales

Publicité

À une époque où les scandales liés à certains médicaments sont légion, où les laboratoires pharmaceutiques nous semblent davantage préoccupés par leur profit que par notre santé, nombre d’entre nous se tournent vers la médecine douce et les plantes médicinales. Cependant, utiliser celles-ci n’est pas sans risque. Petit tour d’horizon des précautions à prendre avant de vous lancer. 

Publicité

Plantes médicinales

Les limites de l’utilisation des plantes médicinales

Même les plus fervents tenants des plantes médicinales l’avouent : elles peuvent nous aider à prévenir les maladies et à renforcer nos défenses immunitaires, mais pas à guérir. S’il vous arrive de lire que telle ou telle plante peut soigner un cancer ou le sida, vous pouvez être sûr(e) que l’auteur de ces lignes est un charlatan ! Ce préalable étant posé, il est indéniable que les plantes médicinales ont un effet bénéfique sur notre organisme, si elles sont bien choisies et bien dosées. Au-delà de leur rôle préventif, elles apportent vitamines et oligo-éléments qui peuvent manquer dans notre alimentation.

Publicité
Utiliser sans danger les plantes médicinales

Pour employer sans risque les plantes médicinales, voici quelques conseils pratiques :

- demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien, surtout si vous prenez des traitements médicamenteux conventionnels : certaines interactions entre médicaments et plantes médicinales peuvent créer des effets indésirables désagréables, voire graves, notamment au niveau du foie ;

- respectez bien les dosages : en cas de surdosage, des effets secondaires peuvent apparaître – comme pour tout médicament ou tout aliment que nous ingérerions en trop grande quantité, ceci dit ! Un autre risque est lié à un usage trop prolongé : veillez à espacer les cures, afin de ne pas provoquer des effets indésirables liés à une consommation excessive sur le long terme ;

- respectez le mode d’administration : l’exemple classique est celui de l’Arnica montana. Cette plante est souveraine contre les hématomes et les contusions (sans écorchures), mais c’est un poison pour l’homme si elle est ingérée, à part sous forme homéopathique. Donc veillez à bien suivre les recommandations liées à l’utilisation interne ou externe des plantes ;

- veillez à la qualité des plantes médicinales que vous utilisez. Avec l'augmentation de leur usage par le grand public, des entreprises peu scrupuleuses se sont engouffrées dans la brèche et proposent des plantes de piètre qualité. Un des indices est hélas le prix : s’il est vraiment très bas par rapport à celui pratiqué par d’autres producteurs, il y a fort à parier que les principes actifs contenus dans ces plantes sont de mauvaise qualité. Le moins-disant est souvent synonyme d’inefficacité en ce qui concerne les plantes médicinales ;

- prenez garde à la composition des compléments alimentaires que vous ingérez : ils peuvent contenir des plantes médicinales que vous consommez par ailleurs en tisane, par exemple, ce qui peut induire un surdosage aux effets indésirables.

Toutes ces précautions étant prises, vous pouvez vous adonner sans risque à la phytothérapie et utiliser les plantes médicinales pour fortifier votre organisme, notamment à l’entrée de l’hiver !

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité