Publicité
Publicité

La transplantation ou l’utilisation d’éléments humains affectés à des fins thérapeutiques est interdite , sauf cas d’urgence vitale, c’est-à-dire en l’absence d’alternative thérapeutique et si le risque prévisible n’est pas hors de proportion avec le bénéfice attendu.

Exemple : en cas d’hépatite fulminante, le décès du receveur, faute de foie est une certitude à très court terme alors que son décès des suites d’un sida avéré, si l’organe était affecté, serait éventuellement beaucoup plus tardif.

Publicité

Dans ce cas, en tant que receveur, vous devez en être informé et votre consentement préalable est nécessaire.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité