Parkinson : qui pose le diagnostic ?

Publicité

Établir le diagnostic de la maladie de Parkinson est complexe, car il faut savoir différencier cette pathologie et le syndrome parkinsonien, qui ne requièrent pas la même prise en charge. Vers qui se tourner en cas de doute ? Qui est le mieux à même de poser le diagnostic de Parkinson ? 

Publicité

Diagnostic de Parkinson : qui consulter ?

C’est le plus souvent le médecin généraliste qui constate au préalable les premiers symptômes de la maladie de Parkinson. Lorsqu’il observe une lenteur dans les gestes, une raideur dans les membres, des tremblements alors que le corps est au repos, mais qu’il remarque aussi le fait que ces symptômes apparaissent d’un seul côté du corps, il peut soupçonner la maladie de Parkinson ou un syndrome parkinsonien. Cependant, il est nécessaire de consulter un neurologue pour confirmer le diagnostic. En effet, les symptômes notés par le généraliste peuvent être dus à d’autres causes : rhumatismes, prise de neuroleptiques, maladies cérébrales dégénératives, AVC (accident vasculaire cérébral), tumeur, traumatisme… Seul un spécialiste en neurologie sera à même de poser le diagnostic.

Publicité
Comment poser le diagnostic de Parkinson ?

Pour déterminer s’il s’agit d’une maladie de Parkinson ou d’un syndrome parkinsonien, le spécialiste en neurologie dispose d’un moyen assez efficace : si les symptômes du patient s’atténuent avec l’administration d’un traitement dopaminergique – traitement prescrit dès les premiers symptômes de la maladie de Parkinson et réputé efficace –, c’est qu’il s’agit bien d’une maladie de Parkinson. Dans le cas contraire, si ce traitement n’a aucun effet sur le patient, la maladie de Parkinson peut être écartée. Le diagnostic peut en outre être confirmé par IRM.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité