Parkinson : le premier traitement qui a été inventé

Publicité

Induite par une insuffisance de production de dopamine, la maladie de Parkinson requiert une prise en charge thérapeutique souvent complexe visant à diminuer les troubles moteurs tout en maîtrisant les effets secondaires du traitement. Mais quel fut le tout premier traitement découvert ?
 

Publicité

Maladie de Parkinson : la dopathérapie

Décrite pour la première fois en 1817 par Sir James Parkinson, celle qu'il qualifiait alors de "paralysie agitante" ne fut appelée maladie de Parkinson qu'en 1872 quand le neurologue Jean Martin Charcot se mit à l'étudier. Les premiers traitements efficaces, eux, ne furent mis en œuvre que dans les années 1960/1970 lorsque la dégénérescence des neurones dopaminergiques fut confirmée. C'est à cette époque également que la découverte de la L-Dopa permit de mettre en œuvre la dopathérapie. Cette classe médicamenteuse permet de réduire les troubles moteurs, mais son efficience diminue avec le temps, obligeant les médecins à augmenter les doses prescrites.

Publicité
Maladie de Parkinson : les autres traitements

Avec les avancées de la recherche médicale, de nouvelles substances médicamenteuses sont venues compléter l'arsenal thérapeutique à la disposition des neurologues. Désormais, il existe des médicaments qui inhibent le mécanisme conduisant à la dégradation de la dopamine (inhibiteurs de COMT et inhibiteurs de la MAO-B) et toute une série de substances médicamenteuses qui n'agissent pas par l'intermédiaire de la dopamine. Parmi ces derniers, on peut citer, notamment, les inhibiteurs de l'acétylcholine ou du glutamate.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité