MST : un rapport sans pénétration est-il risqué ?

Publicité

Les maladies sexuellement transmissibles, ou MST, sont, comme l'indique leur appellation, des infections qui peuvent potentiellement se transmettre par la voie sexuelle. Mais, à l'image de l'herpès génital ou de condylomes, un rapport sexuel sans pénétration peut également représenter un risque de transmission important.

Publicité

© Fotolia

MST : quels modes de transmission ?

Certes, la pénétration vaginale constitue le principal mode de contamination pour ce type d'infection, mais il n'est pas le seul. En effet, la majorité des MST sont susceptibles d'être transmises par un contact direct avec des sécrétions vaginales ou du liquide séminal. Ainsi, les pratiques bucco-génitales ou anales représentent également des voies de propagation d'une charge virale. La présence de lésions augmente les risques de pénétration de l'infection contenue dans les sécrétions sexuelles. Si la fellation présente un risque assez faible, le cunnilingus, en revanche, est un mode de transmission possible pour le papillomavirus, les hépatites B et C, la syphilis ou encore la blennorragie.

Publicité
MST : comment les éviter ?

Il existe des moyens de prévention efficaces au premier rang desquels figure le port systématique du préservatif avec un nouveau partenaire. La multiplication des partenaires est également considérée comme un facteur de risques important. D'autre part, un dépistage régulier est conseillé en cas de changement fréquent de partenaires ou si un couple installé souhaite se passer du préservatif. Il faut savoir que de nombreuses infections sexuellement transmissibles restent asymptomatiques pendant longtemps avant de se manifester.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité