Monde animal

Les dernières actualités

Le lionceau Bahati fait son show au zoo de Dallas

Le premier lionceau né au zoo de Dallas en 43 ans a fait sa première apparition publique ce vendredi. Né par césarienne le 17 mars, le petit fauve a été baptisé 'Bahati Moha', ce qui signifie 'le chanceux' en swahili.

Un utérus artificiel testé sur des agneaux

Un utérus artificiel pourrait-il à l'avenir améliorer la survie des grands prématurés ? Des résultats encourageants ont été obtenus à partir de tests sur des agneaux. L'expérimentation a été menée par des chercheurs de l'hôpital pour enfants de Philadélphie. Ils ont conçu un appareil constitué d'une poche en plastique remplie de fluide, avec un système qui fournit de l'oxygène relié au cordon ombilical. Le milieu dans lequel le foetus évolue avant la naissance est ainsi reconstitué. Grâce à ce dispositif, ils sont parvenus à faire se développer pendant quatre semaines un foetus d'agneau, animal chez qui le développement des poumons in utero est 'très proche' de ce qui se passe chez les humains, rapporte l'étude, publiée dans la revue Nature Communications. Les chercheurs doivent approfondir leurs tests chez l'animal avant d'envisager de passer à des essais chez l'homme, d'ici 'trois à cinq ans'.

A la découverte dune clinique équine

Ce poulain s'est brisé la jambe droite peu après sa naissance, un type de fracture qui, généralement, condamne un jeune équidé. Lui été sauvé par les chirurgiens de cette clinique vétérinaire basée en Hongrie. Pour changer le plâtre, les vétérinaires doivent endormir le poulain. Sa mère doit également être anesthésiée sinon elle se battrait pour protéger son petit. D'habitude, les chevaux ne se couchent pas. Allongés un long moment, leur sang circule mal, leurs muscles et leurs poumons peuvent s'endommager. Donc, même pour une opération simple comme celle-ci, maintenir le cheval endormi nécessite beaucoup d'hommes et des machines complexes. Les chevaux ont également besoin d'assistance à leur réveil: ils pourraient se briser les pattes en essayant de se tenir debout alors que les effets des narcotiques ne sont pas encore totalement dissipés. Il est très compliqué de déplacer un cheval adulte endormi. Les patients sont anesthésiés dans ce couloir puis déplacés à l'aide de cette machine fonctionnant avec un rail fixé au plafond. Une fois l'animal sur la table d'opération, l'anesthésiste prépare le terrain pour le chirurgien. Ce cheval a une énorme bosse au cou, que les vétérinaires envisagent d'ouvrir . Les radios ne montrent rien à l'intérieur. Comme l'explique le directeur de la clinique, le Dr Bodó, ils se fient à la décision des chirurgiens: ils ouvrent la bosse et se poseront des questions seulement après. Pendant ce temps, les chirurgiens opérent la bosse. L'épine d'un acacia a causé l'inflammation. Le système immunitaire du cheval a tenté d'isoler le corps étranger, causant cette excroissance de peau. Les rayons X n'ont pu déceler l'épine qui n'est pas métallique. L'opération aura duré deux heures. . Les chevaux sont les animaux domestiques les plus coûteux et la question est donc de savoir si les propriétaires sont prêts à payer le prix de telles opérations. Des cliniques de ce type sont rares et cette chirurgie est loin d'être une tâche quotidienne. Ce patient est chanceux: il est maintenant en salle de réveil. Des personnes sont assises sur lui afin de l'empêcher de se lever encore groggy. Dans quelques jours, il pourra retourner brouter paisiblement dans son pré.

Mort de Fritz lourson polaire

Le zoo Tierpark de Berlin pleure la mort de Fritz, l'ourson polaire. Il a succombé à une hépatite sévère à l'âge de 4 mois. The whole team of #TierparkBerlin will miss you badly! We are incredibly sad - Goodye, little #Fritz! https://t.co/bCw7TAj6E3 pic.twitter.com/ItrbyuNUlw- Zoo Tierpark Berlin (@zooberlin) 7 mars 2017 C'est la première fois depuis 22 ans qu'un ours polaire naissait dans ce zoo. Les fans espéraient qu'il prenne la succession de Knut, le célèbre ours polaire, mort en 2011 dans l'autre zoo de la capitale allemande. Menacée par la fonte des glaces, l'espèce est classé 'vulnérable' par l'Union internationale pour la Conservation de la Nature.

Taïwan : des chiens donneurs de sang

Les propriétaires de chiens ont conduit leurs fidèles compagnons à cet hôpital-école-vétérinaire taïwanais pour donner leur sang. Pas le leur, non mais celui de leurs chiens. Mais attention cela ne s'adresse pas à n'importe quel cabot. Il faut avoir entre 1 et 8 ans, peser plus de 20 kilos et être à jour de ses vaccinations. Lin Hui-Ching est venu apporter sa chienne : 'Bien sûr, plus on peut sauver de chiens et mieux c'est. C'est comme quand les gens donnent leur sang on ne sait pas qui on va sauver, mais on veut le faire. Les chiens sont comme ça aussi. Le fait de stocker aussi leur sang est plus difficile. Je pense que c'est plutôt bien de pouvoir accomplir cette tâche difficile en faisant confiance à cette institution. Elle comprend aussi probablement qu'elle a sauvé beaucoup de chiens...' A l'heure actuelle la plupart des chiens inscrits dans ce programme appartiennent à des étudiants vétérinaires. Tsai Yi-lun qui est professeur assistant dirige ce programme. Elle s'est inspirée d'une initiative similaire développée à Bangkok : 'Si vous avez un besoin urgent d'une transfusion je ne peux pas garantir qu'une solution sera trouvée immédiatement ni si le chien donneur est bonne santé et susceptible de donner son sang. Sous ce type de circonstances, il est parfois impossible de faire un traitement à base de don du sang, en tout cas pas dans les temps. Parce que les transfusions sanguines ne sont pas une façon de traiter une maladie, elles prolongent plutôt la fenêtre de traitement. Le sang peut être stocké pendant 35 jours et les globules rouges peuvent être concentrés pendant 20 jours alors que le plasma peut lui être préservé pendant une année. La phase de test est pratiquement terminée et l'initiative pourrait être étendue aux chats...

Golfe Persique : à la poursuite des tortues vertes

A la chasse à la tortue ! La clarté de l'eau dans ce coin du Golfe Persique simplifie les choses. Un dernier saut à l'eau et la tortue verte se retrouve prise sur un bateau... pour la bonne cause, celle du EWS WWF l'antenne du WWF dans les Emirats Arabes Unis qui étudie ces tortues. Nicolas J. Pilcher, directeur de la fondation de recherche marine : " C'est une prise étonnante. Ces tortues nous disent quel est le pourcentage des mâles et des femelles et si elles sont en bonne santé. Comment pouvoir faire ça ailleurs. On a capturé 8 tortues en 35 minutes. " Direction l'île de Bu Tinah dans la Réserve marine de Marawah pour suivre le projet de sauvegarde des tortues vertes du Golfe persique et dans ce cadre une initiative qui a été lancée en 2010. Rita Del Prete, euronews : " Nous avons vu comment ils prennent les tortues. Désormais nous allons voir trois interventions réalisées ensemble pour la première fois dans le monde sur ces espèces marines. " La population des tortues a décliné en raison des activités humaines et de la perte de zones de nidification. Les tortues vertes peuvent parcourir de très grandes distances entre ces zones de nidification et les herbiers dont dépend aussi leur survie. Jimena Rodriguez, responsable projet EWS-WWF : " Ici je suis en train de déployer un satellite, avec une borne sur cette tortue. Dès qu'elle va se trouver au contact de l'eau elle va nous envoyer un signal par le biais du satellite et nous allons commencer à recevoir des informations sur la direction de la tortue, sur ce qu'elle est en train de faire. On connaîtra mieux ces routes migratoires et les régions qu'elle va fréquenter pendant son voyage. " Car on ne connaît qu'assez peu de choses sur ces tortues marines. Marine Antonopoulou, EWS-WWF : " Les tortues sur lesquelles nous travaillons ici sont des tortues vertes. Elles sont associées avec un habitat composé d'un HERBIER MARIN. Un habitat très important pour les tortues mais aussi et pour la vie marine en général. Et ce que nous voulons faire en utilisant ces tortues marines c'est d'identifier ces zones importantes pour la bio diversité, des zones qui doivent être protégées. " La température est capitale pour la reproduction des tortues. En fonction de celle-ci il y aura plus de mâles ou plus de femelles. Nicolas J. Pilcher : " Ce qui est intéressant ce sont les projections climatiques. Ce que nous imaginions de l'état de la planète dans les 50 ou 100 années à venir est en train de se passer dans le Golfe. Sous de nombreux aspects c'est comme un laboratoire grandeur nature pour étudier l'impact des changements climatiques sur les espèces marines. " Les tortues vertes, sans doute les plus connues des tortues marines, sont classées comme espèces en voie de disparition sur la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature, l'UICN.