Ménopause : le traitement hormonal substitutif contre les bouffées de chaleur ?

Publicité

Compte tenu des causes des bouffées de chaleur, le traitement hormonal substitutif (THS) peut donner de très bons résultats. Cependant, il n’est pas dénué de risques. D’autres approches doivent être privilégiées pour les bouffées de chaleur modérées.

Publicité

© Istock

Bouffées de chaleur : pourquoi le THS fonctionne-t-il ?

La diminution du taux d’hormones sexuelles est la cause des bouffées de chaleur. Pour être plus précis, c’est le manque d’œstrogènes qui, en déréglant le système de régulation corporelle, entraîne les bouffées de chaleur. Les autres symptômes de la ménopause (sécheresse vaginale, troubles urinaires) sont également liés à la chute du taux d'hormones. Le traitement hormonal substitutif de la ménopause, alliant œstrogènes et progestatifs, permet de corriger ce déséquilibre, ce qui réduit les symptômes.

Publicité
Bouffées de chaleur : à qui le THS est-il destiné ?

Suite à diverses études, la Haute Autorité de santé (HAS) préconise de réserver le THS aux femmes souffrant de bouffées de chaleur ou autres symptômes de ménopause très invalidants, ainsi qu'à celles ayant un fort risque d’ostéoporose. Afin de limiter les risques d’accidents vasculaires et de cancers ( cancer du sein) liés au THS, ce dernier doit être administré à dose minimale sur les plus courtes périodes possible. Une évaluation médicale est faite chaque année pour ajuster ou arrêter le traitement si besoin. Les femmes présentant des contre-indications au THS (cancer en cours ou passé, pathologies du foie, antécédent d’accident thromboembolique) et celles n’ayant que des bouffées de chaleur modérées doivent se tourner vers d’autres solutions, comme l’acupuncture et la phytothérapie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité