Les dangers du Tramadol
Publicité

Quelles précautions prendre avec le Tramadol ?

Face aux risques que peut présenter le Tramadol®, des voix se sont faites entendre dès 2011 pour l’interdire.

Publicité
"Ce ne serait pas une bonne idée, estime le Pr Bergmann. Il y a suffisamment peu d’antalgiques de palier II pour qu’on le retire des officines. En revanche, il est nécessaire d’apprendre à mieux l’utiliser." En clair :

- Ne nous ruez pas sur les comprimés de Tramadol® qu’il peut vous rester dans vos tiroirs.

- Suivez les prescriptions de votre médecin (dose et durée de traitement).

- Associez le médicament à des mesures non-médicamenteuses : appliquez du froid sur votre visage en cas de maux de tête, une bouillotte si vous souffrez de lombalgie ou de contracture cervicale… Cela renforcera l’action du traitement, permettra de diminuer les doses prescrites et de limiter les risques d’effets secondaires.

- Si vous souffrez de douleurs chroniques, diminuez le nombre de comprimés dès qu’elles sont moins vives.

"Les prescripteurs aussi doivent être mieux formés" ajoute le médecin. "Très souvent, les praticiens commencent le traitement à 200 mg par jour, précise le Pr Nizard. Ils devraient prescrire d’abord la dose minimale (1 à 2 fois 50 mg par jour selon les patients) et l’augmenter progressivement afin de déterminer celle nécessaire pour obtenir l’effet escompté."
Associer le Tramadol® au paracétamol peut aussi aider à limiter les prises et augmenter sa tolérance puisqu'il potentialise son effet.

A noter : le Tramadol® est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitant, et aux enfants.

Remerciements au Pr Julien Nizard, chef du centre fédératif douleurs soins de support à Nantes (Loire-Atlantique) et au Pr Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne de l’hôpital Lariboisière à Paris.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité