Nom commercial

CYCLÉANE 20, 30

Dénomination commune internationale

éthynilestradiol, désogestrel

Présentation

Comprimé contenant 20 ou 30 µg d’éthynilestradiol et 150 µg de désogestrel.

Indications

- Contraception hormonale orale.

- Règles douloureuses invalidantes.

Posologie

Prendre le premier jour des règles : 1 comprimé par jour pendant 21 jours.

Une fois la plaquette terminée, arrêter de prendre la pilule, puis commencer une nouvelle plaquette au bout de 7 jours.

Modalités d’administration

VOIE ORALE. À HEURE FIXE+++ par exemple le soir au coucher.

En cas d’oubli

Si l’oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l’heure habituelle de la prise, prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre le traitement normalement en prenant le comprimé suivant à l’heure habituelle.

Si l’oubli est constaté plus de 12 heures après l heure normale de la prise, la contraception n’est plus efficace, le RISQUE DE GROSSESSE EXISTE.

Il faut alors, prendre immédiatement le dernier comprimé oublié, même si 2 comprimés doivent être pris le même jour, et poursuivre le traitement contraceptif oral jusqu’à la fin de la plaquette, en utilisant simultanément une autre méthode contraceptive de type PRESERVATIF pendant les 7 jours suivants. Si cette période de 7 jours s’étend au-delà du dernier comprimé de la plaquette en cours, la plaquette suivante doit être débuté le jour suivant la prise du dernier comprimé.

Si vous avez eu un rapport non protégé dans les trois jours avant l’oubli, contactez votre médecin ou le pharmacien pour un recours éventuel à la contraception d’urgence.

Surdosage

Contactez votre médecin.

Arrêt du traitement

Il ne faut jamais arrêter ce traitement en cours de plaquette.

Attendre la fin de la plaquette et 7 jours pour changer de pilule, ce qui fait que le premier jour de la nouvelle plaquette sera toujours le même, par exemple un lundi.

Un arrêt en cours de plaquette annule l’effet contraceptif et provoque une survenue avancée des règles.

En cas de grossesse

Non indiqué.

ALLAITEMENT déconseillé.

Cas particulier :

Enfant : non indiqué.

Personne âgée : non indiqué.

Précautions d’emploi

- Ne pas utiliser en cas de tabagisme important, de cancer du sein, de l’utérus, d’hémorragies génitales non étiquetées, d’antécédents de thromboses (caillots de sang bloquant un vaisseau) veineuses (phlébites) ou artérielles (infarctus, attaques...), de maladie cardiaque, hépatique, rénale chronique, d’hypertension artérielle, de problèmes de cholestérol ou de triglycérides, de diabète, de migraines avec aura et/ou antécédents d’accidents vasculaires cérébraux (attaques) dans la famille, pour les contre indications les plus fréquentes.

- Il existe de nombreuses contre indications relatives, c’est-à-dire que votre médecin peut décider de vous donner ce traitement en cas de : tabagisme modéré, épilepsie, obésité, varices, fibromes utérins, tumeurs du sein non cancéreuses, âge supérieur à 40 ans...

- Il est souhaitable de réaliser un bilan avant la première prescription à renouveler au mieux tous les ans : examen clinique (notamment poids et tension artérielle) avec frottis cervico-vaginaux et prise de sang (bilan des graisses et du sucre)

- De même, un frottis est souhaitable tous les 2 ans et une mammographie tous les 2 à 3 ans selon l’âge de la patiente.

- Arrêter la pilule (en fin de plaquette) en cas de survenue d’effets indésirables graves, d’immobilisation prolongée (plâtre, après une intervention chirurgicale...), et 1 mois avant une intervention chirurgicale programmée.

- En cas de vomissements, reprendre un comprimé par précaution.

- LA PILULE NE PROTEGE PAS DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES.

Interactions Médicamenteuses

- ASSOCIATIONS FORTEMENT DÉCONSEILLÉES : rifampicine (rifadine* rimactan* ansatipine* rifinah* rifater*...), barbituriques, tegretol* dihydan*mysoline*fulcine forte* grisefuline* : diminution de l’efficacité contraceptive pour le cycle en cours et celui d’après : utiliser un autre moyen contraceptif notamment mécanique (préservatif, diaphragme, spermicides, stérilet quand c’est possible...)

- ASSOCIATIONS À PRENDRE EN COMPTE : ciclosporine, sibelium* (risque de galactorrhée : écoulement de lait spontané ou provoqué par la palpation ou la pression des seins), questran* (respecter un délai d’au moins 3 heures entre la prise de ces deux médicaments), lanzor* et ogast*

Effets secondaires

- Rares mais nécessitant l’arrêt immédiat du traitement : hypertension artérielle, accidents cardiovasculaires ou thromboemboliques (phlébite l’infarctus ou l’accident vasculaire attaque cérébrale, infarctus du myocarde), jaunisse, maux de tête importants, migraines, vertiges, troubles visuels ou neurologiques, augmentation de la fréquence des crises chez l’épileptique, pathologie du sein cancéreuse ou non, cancer de l’utérus, anomalies des lipides sanguins (cholestérol et triglycérides), diabète, écoulement de lait par les seins, tumeur hépatique.

- Assez fréquents : nausées, maux de tête banaux, prise de poids, tension des seins, acné, peau grasse, hypertrichose (plus de poils), irritabilité et tendance dépressive, saignements entre les règles, diminution du volume des règles, absence de règles (rechercher une grossesse sous pilule), jambes lourdes, modifications de la libido (appétit sexuel), mycoses vaginales (champignons), calcul biliaire, irritation oculaire chez les porteuses de lentilles de contact.

- Aménorrhée (absence de règles) après arrêt avec absence d’ovulation : plus fréquente en cas de règles irrégulières avant traitement, cédant le plus souvent spontanément. Cependant parfois, des pathologies hormonales peuvent être en cause si cette absence de cycles se prolonge anormalement.

Principe d’action

Cette pilule entraîne un blocage de l’ovulation, un épaissisement de la glaire du col la rendant imperméable aux spermatozoïdes et une atrophie (diminution de volume) de la muqueuse tapissant l’utérus qui reçoit l’"oeuf" en cas de fécondation, empêchant son implantation.

D’autre part, cette pilule est à "climat progestatif prédominant" et est donc indiquée en cas d’excès d’oestrogènes par rapport à la progestérone comme : les règles abondantes, trop fréquentes et/ou douloureuses, le syndrome prémenstruel, les petites boules dans les seins.

Délivrance

Sur ordonnance.

Non remboursé par la Sécurité Sociale.

Août 2006.

Les définitions santé les plus consultées

Derniers articles santé au quotidien

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité