Publicité
Les médecines douces, naturelles, parallèles, alternatives considèrent l’être humain dans sa globalité, ce qui inclut les dimensions physiques, psychiques, sociales et spirituelles. Elles renforcent l’organisme dans son activité naturelle afin de résister aux maladies et aux toxines.
Publicité

De quoi s’agit-il ?

Les médecines douces, naturelles, parallèles, alternatives ou complémentaires sont nombreuses, elles comprennent des pratiques très variées, allant de l’homéopathie à l’acupuncture, de la phytothérapie à l’aromathérapie, ou bien de la sophrologie à l’ostéopathie. La plupart d’entre elles puisent leurs racines dans des traditions millénaires.

Publicité
Une grande branche de cette médecine douce, baptisée naturopathie, tend à en définir le grand cadre. L’être humain est considéré dans sa globalité, ce qui inclut les dimensions physiques, psychiques, sociales et spirituelles. La bonne santé est l’état normal de l’être. Dès que cet état est perturbé dans l’une ou l’autre de ses dimensions, il est nécessaire de faire des réajustements par des cures de désintoxication puis de revitalisation et de régénération. Mais le but principal du praticien est la prévention . Ce qu’il recherche est de ’construire’ la santé de son patient, plutôt que de combattre la maladie.

Renforcer l’organisme

Le médecin naturel veillera à ce que son patient soit toujours en bonne santé. (Autrefois en Chine, les docteurs étaient payés tant que le patient était en bonne santé...) Les différentes médecines douces qu’il utilisera renforceront l’organisme dans son activité naturelle afin de résister contre les maladies et les toxines qui peuvent nuire au bien-être de son patient. Puis le thérapeute lui donnera des conseils pour maintenir son niveau de santé optimum en favorisant une alimentation équilibrée, l’exercice physique, la relaxation...

Sur le marché de la médecine douce, il y a un nombre croissant de formations disponibles pour des thérapies diverses ainsi que de praticiens diplômés. Certaines de ces pratiques ont même été entièrement acceptées par la communauté médicale, telle l’acupuncture et peuvent être remboursées par la Sécurité Sociale. Les compléments nutritionnels et les produits de la phytothérapie se multiplient également et sont de plus en plus facilement disponibles.

Des médecines complémentaires

Pour notre société moderne, la guérison consiste à rendre l’individu apte au travail. La joie ne fait plus partie de la santé telle que nous la concevons, pas plus que la vitalité, la créativité, la bonne forme, ou l’aptitude biologique au bonheur, dont l’ensemble constitue la dimension qualitative du bien-être. Dans les médecines traditionnelles, le critère de santé n’est pas la capacité de travail mais bien la capacité de jouir de la vie.
Auparavant, certains membres de la communauté médicale ont vu la montée de l’intérêt pour les médecines douces avec une certaine méfiance, dû à un manque de statistiques et de preuves concrètes. Mais avec le temps et des études scientifiques sur certains de ces traitements, les oppositions entre médecines traditionnelles et alternatives ne sont plus aussi aiguës que naguère.

Ces dernières peuvent devenir des compléments de la première. Le président du Conseil de l’Ordre des Médecins a même déclaré récemment que " Les médecines douces peuvent être intéressantes à condition d’en expurger le charlatanisme . Nous devons nous incliner devant les faits si on nous montre l’efficacité d’une méthode, et même si cette efficacité n’est ni comprise ni expliquée".

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité