Publicité
Publicité

On a longtemps cru qu’il fallait suivre un régime approprié pour pouvoir allaiter. À preuve, les nourrices d’antan qui pouvaient allaiter pendant plusieurs mois et même davantage. En fait, leur régime, à base de liquides (eau, lait, bouillon et « bière de nourrice ») et de protéines, était efficace surtout par le fait que l’enfant était toujours pendu à leur sein. C’est cette sollicitation permanente qui était la plus propice à l’allaitement.

Aucun aliment n’est en principe défendu pendant l’allaitement. Il faut simplement savoir que certains peuvent donner un goût au lait. Ce sont, par exemple, la viande ou le poisson fumés, le chou, l’ail, les oignons, les asperges. Mais bébé, en principe, ne s’en formalise pas, et l’on pense même que c’est ainsi qu’il s’habitue aux goûts qui sont ceux de l’alimentation familiale.

Publicité
La femme qui allaite n’a donc pas à s’inquiéter sur le choix de ses menus. Son régime doit être un peu plus riche qu’à l’ordinaire. Lait, yaourts et fromages contiennent beaucoup de protéines et de calcium, indispensables à la fabrication du lait maternel. L’idéal est de consommer 75 cl à 1 l par jour de lait écrémé. L’apport en protéines se fait grâce aux oeufs, à la viande et au poisson. Les viandes maigres insaturées (qui ne sont pas riches à l’excès en matières grasses) sont indispensables. Le sont également les huiles et margarines d’origine végétale, à base de tournesol, de maïs, de colza ou d’olive qui ne sont pas saturées de lipides comme les huiles ou margarines animales. Elles apportent au lait des acides gras essentiels dans la constitution du système nerveux du nouveau-né. La maman doit savoir adapter son régime alimentaire aux selles de l’enfant : si elle mange des fruits ou légumes verts, l’enfant peut avoir la diarrhée, aussi au repas suivant, elle devra manger un régime sans résidus (riz, pâtes pomme banane, éviter les aliments incriminés dans la diarrhée), les proteines se subissent aucune restriction .

Pendant tout l’allaitement, vous devez boire de 1,5 à 2 litre d’eau par 24 heures. Cette quantité prend en compte toutes les boissons. L’eau est à préférer plate pour des raisons de digestibilité, mais aussi d’apport en sodium ; certaines eaux gazeuses sont particulièrement salées. À l’eau, vous pouvez ajouter des jus de fruits (attention, le jus d’orange peut être à l’origine de légères diarrhées chez le nourrisson), de la bière sans alcool, du lait, des infusions, des potages ou des bouillons. Enfin, il faut savoir qu’une femme qui veut garder son équilibre a besoin de 2 000 calories par jour. Dans tous les cas, son régime ne doit pas lui apporter moins de 1 500 calories. Au-dessous, elle risquerait d’avoir du mal à poursuivre normalement l’allaitement.

Généralement, la ration alimentaire d’une jeune maman qui allaite peut être portée à 2 500 calories. Voici quelles sont ses rations quotidiennes et moyennes. Pour celle qui n’a pas de problème de poids. Elle pourra mettre à ses menus au cours de sa journée : 250 g de viande grillée ou 300 g de poisson grillé ou deux oeufs ; 50 g de fromage ; 400 g de légumes verts frais ; 400 g de fruits ; 1/3 de litre de lait.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité