Publicité
Certaines maladies sont plus dangereuses pour les femmes enceintes que pour les autres. Ainsi, la toxoplasmose, la rubéole, la syphilis, ou l’hépatite B. Il faut alors prendre des précautions, pour la santé du futur bébé.
Publicité

.

La toxoplasmose :

Si votre sérologie toxoplasmose est négative au début de la grossesse (c’est à dire que vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose), il sera nécessaire :
- de prendre des mesures préventives pour éviter de l’avoir durant votre grossesse du fait du risque de fausses couches ou de malformations du fœtus,
- de réaliser tous les mois une prise de sang pour contrôler votre sérologie toxoplasmose et de prendre les mesures nécessaires en cas de contamination.

Pour éviter d’être contaminé par le toxoplasme, il faut chaque jour :
- se laver les mains avant chaque repas et après chaque manipulation de terre, de viande crue.
- manger de la viande bien cuite.
- laver à grande eau tous les aliments souillés par la terre,
- éviter tout contact avec les chats et leur litière.

La rubéole :

Etre atteint par la rubéole durant sa grossesse a des conséquences dramatiques sur le développement du fœtus.
Pour éviter cette situation, plusieurs directives sont à suivre :
- vacciner les enfants contre la rubéole selon le calendrier vaccinal
- si vous n’avez pas contracté la rubéole et que vous n’êtes pas encore enceinte, le médecin proposera de vous vacciner en y associant une contraception efficace durant 3 mois.
- si vous êtes déjà enceinte, il faudra faire preuve de la plus grande vigilance : éviter tout contact avec une personne venant de contracter la rubéole, surtout si vous êtes en contact avec des enfants.

Si malgré tout, vous êtes en contact avec une personne ayant contracté la rubéole, il faut aller au plus vite chez votre médecin qui vous fera une injection d’immunoglobulines et surtout réalisera des sérologies à 15 jours d’intervalles pour voir si vous avez été réellement contaminée.

La syphilis :

Elle survient chez l’enfant né d’une mère présentant une syphilis active et se transmet à partir du 4ème mois de grossesse. Cette transmission a des conséquences dramatiques (mort-né, signes infectieux généralisés.)

Il existe un traitement préventif et curatif à base d’antibiotiques.

Le cytomégalovirus :

L’infection materno-fœtale par le cytomégalovirus est fréquente (1 à 2% des nouveau-nés.)

Le diagnostic sera évoqué devant des signes cliniques évocateurs(syndrome grippal surtout en début de grossesse), lors de la découverte d’une anomalie cérébrale fœtale à l’échographie ou par dépistage systématique en cours de grossesse.

Aucun traitement ne peut éviter la contamination du fœtus.

Par contre de simples mesures d’hygiène permettent de prévenir la contamination pendant la grossesse :
- lavage fréquent des mains, éviter d’être en contact avec les enfants infectés (ustensiles, baiser sur la bouche...),
- contrôler votre statut sérologique avant tout travail en crèche ou en collectivité d’enfants ; éventuellement une éviction professionnelle.

L’herpès :

Si vous êtes enceinte et porteuse d’un herpes génital ou si c’est le cas de votre partenaire, vous devez rapidement en informer votre médecin.
Il existe en effet un risque important de transmission de la maladie lors de l’accouchement.

L’herpès du nouveau-né peut avoir de très graves conséquences sur son état de santé, notamment neurologique ; dès que l’hypothèse d’un tel diagnostic est émise, un traitement adapté sera mis en route après avoir réalisé des sérologies. Une césarienne pourra être proposée.

Hépatite B :

La contamination materno-fœtale de l’hépatite B se fait le plus souvent peu avant ou durant l’accouchement.

La sérologie de l’hépatite B (par une simple prise de sang) est obligatoire au 6ème mois de grossesse.

Si vous présentez des facteurs de risques tels que la toxicomanie, des transfusions sanguines ou produits dérivés, des maladies sexuellement transmissibles, des rapports sexuels non protégés, un porteur chronique d’hépatite B dans l’entourage, des tatouages, un deuxième contrôle sérologique est souhaitable au 8ème mois de grossesse.

Les mesures préventives sont :
- la vaccination qui sera proposée au plus grand nombre de personnes
- les prises de sang au cours de la grossesse pour savoir s’il faut appliquer le protocole thérapeutique au nouveau-né.

Le VIH :

La prise en charge néonatale du nouveau-né de mère infectée par le VIH a permis de réduire de façon importante la transmission du virus de la mère à l’enfant.

La poursuite d’un traitement antirétroviral préventif est une mesure prophylactique post-exposition du nourrisson qui débute dès la salle de travail qui sera associée à l’absence de tout contact du virus avec le nouveau-né(allaitement).L’accouchement se fait sous traitement et un traitement est donné systématiquement à l’enfant pendant 6 semaines.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité