Publicité
Publicité

« Il y a une élévation des taux de prématurité ; la mortalité est plus élevée et la fréquence de bébés de faibles poids est plus importante », signale le Dr Sylvie Epelboin. Mais fait marquant, ajoute la spécialiste, l’augmentation de ces complications est significativement corrélée au nombre d’enfants. Ainsi, les complications néonatales sont presque doublées en cas de grossesse gémellaire, et encore plus, en cas de naissances multiples. Toutes les études s’accordent sur ce point. Ainsi il apparaît clairement que la fréquence des grossesses multiples est à l’origine des complications des enfants, et non la technique de FIV en elle même ». D’où notre volonté de diminuer le nombre de grossesses multiples - surtout trois et plus - ce qui implique une politique plus restrictive de transfert embryonnaire. L’analyse des registres nationaux (Etude FIVNAT) a clairement montré qu’une diminution des grossesses multiples a pour conséquence une diminution progressive des taux globaux de prématurité et d’hypotrophie.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité