L’allaitement : le moyen de puiser dans les graisses de réserve

Publicité
Publicité

Allaiter, produire du lait, demande beaucoup d’énergie et puise dans les réserves. Les kilos acquis pendant la grossesse seraient d’ailleurs physiologiquement destinés à l’allaitement. Par ailleurs, l'allaitement faciliterait la perte de poids après l'accouchement. Néanmoins, ce n'est pas une raison pour manger excessivement sans faire attention !

L'importance des acides gras

Publicité
Pour assurer le lait à l’enfant, il n’est pas besoin de se compliquer la vie à rechercher tous ces éléments dans une alimentation spéciale. Les glandes mammaires sont "programmées" pour fabriquer le lait à la bonne composition. Seule la composition en acides gras peut légèrement varier selon l’alimentation de la mère : pour cela, les poissons riches en acides gras poly-insaturés et les huiles de colza, soja, noix, tournesol... sont à privilégier.

Sélénium et vitamine A très précieux

Comme pendant la grossesse, la plupart des vitamines et minéraux sont nécessaires en plus grande quantité. En cas d’allaitement, les besoins en sélénium (coquillages, poisson, crustacés, produits carnés), en iode (présent dans les poissons, coquillages...) et en vitamine A (présente dans le beurre, les abats... mais aussi dans les fruits et légumes colorés : melon, abricots, carottes, épinards... sous forme de carotènes) augmentent spécifiquement.

Des produits laitiers à chaque repas

Continuez, comme pendant la grossesse, à consommer les produits laitiers à chaque repas. Ils apportent suffisamment de calcium dont une partie va entrer dans la composition du lait, sans puiser dans les stocks (ossature). De même, il est bon de choisir les aliments riches en magnésium et en fer.

Attention : Pendant l'allaitement, il ne faut pas prendre de médicaments sans avis médical.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité