Traitement de la sclérose en plaques : les effets secondaires

La sclérose en plaques survient en général entre 20 et 35 ans, donc chez des sujets encore jeunes, qui vont devoir vivre avec la maladie et ses traitements pendant de nombreuses années. Y a-t-il des complications et des effets secondaires indésirables induits par les traitements contre cette pathologie ? 

Publicité
Publicité

© Fotolia

Traitements de la sclérose en plaques : en quoi consistent-ils ?

La sclérose en plaques étant une maladie auto-immune, les traitements pour la combattre doivent agir sur le système immunitaire. Ils ont pour objectif de réduire la fréquence des crises, de ralentir l’avancée de la maladie, ou de soulager le malade au cours des poussées les plus violentes. Cependant, ces traitements, qui mettent en œuvre des principes actifs, ont évidemment des répercussions sur l’organisme en général, et peuvent provoquer des effets indésirables qu’il faut connaître pour pouvoir en parler à son neurologue.

Publicité
Traitement de la sclérose en plaques : quels sont les effets secondaires ?

Les traitements de fond de la sclérose en plaques peuvent entraîner en premier lieu ce que les médecins nomment un "syndrome pseudo-grippal", c’est-à-dire que le patient ressent tous les symptômes de la grippe sans l’avoir contractée. C’est surtout le cas pendant les premiers mois du traitement, ce problème s’atténuant par la suite. Ils peuvent aussi provoquer une atteinte bénigne et réversible au foie. Les corticostéroïdes injectés pour soulager une personne souffrant d’une poussée de sclérose en plaques peuvent favoriser, à long terme, de l’ostéoporose et de l’hypertension. C’est pourquoi les médecins les limitent au maximum.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité