Utérus rétroversé : quelles conséquences ?

Publicité
L’utérus rétroversé est une anomalie physiologique sans gravité. Si on l’accuse parfois de favoriser les douleurs au bas-ventre chez la femme, il ne provoque souvent aucune gêne particulière…
Publicité

5363414-inline-500x334.jpg© Istock

Utérus rétroversé : des douleurs possibles

Habituellement, l’utérus est positionné vers l’avant, entre le rectum et la vessie. On parle d’utérus rétroversé lorsque l’utérus est positionné vers l’arrière : il s’agit d’une anomalie assez courante, 20 à 30 % des femmes étant concernées. Bien souvent, l’utérus rétroversé n’entraîne aucun symptôme. Il est toutefois suspecté d’amplifier légèrement la fréquence des douleurs menstruelles. En outre, il entraîne parfois des douleurs au bas-ventre chez la femme lors des rapports sexuels. Cela s’observe surtout lors des pénétrations dites « profondes », le pénis venant alors cogner sur le col de l’utérus… Pratiquer d’autres positions suffit souvent à corriger le problème mais n’hésitez pas à prendre un avis médical au besoin.

Publicité
Utérus rétroversé : le plus souvent sans conséquences sur la grossesse

L’utérus rétroversé, souvent découvert par « hasard » lors d’examens gynécologiques, n’a pas d’impact sur la fertilité, ni sur le déroulement de la grossesse. Habituellement, l’utérus retrouve de lui-même sa position normale au début du second trimestre. Au besoin, une manipulation digitale via le vagin permet de le repositionner. Une incarcération utérine peut toutefois apparaître si l’utérus rétroversé est diagnostiqué tardivement. Cette complication rarissime impose généralement un accouchement par césarienne. Hormis ce cas particulier, l’utérus rétroversé n’empêche pas d’accoucher par voie basse.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité