Kyste folliculaire ovarien : un risque pour la fertilité ?

Publicité

Avec le kyste lutéal, le kyste folliculaire est l’un des deux kystes fonctionnels de l’ovaire. Formées à partir du tissu ovarien, ces petites masses, généralement bénignes, sont fortement corrélées aux fluctuations du cycle menstruel.

Publicité

© Istock

Le kyste folliculaire ovarien, qu’est-ce que c’est ?

Ce type de grosseur résulte d’un développement anormal d’un follicule, c’est-à-dire de la poche dans laquelle l’ovule se forme et se développe. Le follicule atypique ne libérant pas l’ovule, l’ovulation ne peut se produire. S’il peut rester silencieux dans certains cas, le kyste folliculaire peut également entraîner des symptômes plus ou moins probants : saignements génitaux en dehors des règles, douleurs pelviennes unilatérales, constipation, envies fréquentes d’uriner, sensation de pesanteur dans le bas-ventre...

Publicité
Le kyste folliculaire ovarien, une cause d’infertilité ?

Les kystes fonctionnels, dont font partie les kystes folliculaires, constituent la très grande majorité (90 %) des kystes ovariens. Secondaire à un dysfonctionnement de l’ovaire, ce type de grosseurs est susceptible de disparaître spontanément en seulement quelques cycles. Mais lorsqu’ils persistent, ils peuvent être à l’origine d’une infertilité féminine puisque l’ovulation ne survient pas convenablement. Une prise en charge médicale est alors nécessaire pour faciliter sa résorption. Le traitement passe généralement par l’administration d’une pilule œstroprogestative pendant quelques mois et d’un contrôle échographique pour contrôler son efficacité.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité