Coupe menstruelle : un risque de choc toxique ?

Coupe menstruelle et tampon hygiénique ont été accusés d’être à l’origine du syndrome de choc toxique. Le point sur ces accessoires d’hygiène féminine et les règles de bon usage.  

Publicité
Publicité

© Istock

Qu’est-ce que le syndrome de choc toxique ?

Publicité

Le SCT ou syndrome de choc toxique est provoqué par la forme aiguë d’une maladie infectieuse extrêmement rare due à la présence, dans l’organisme, de toxines d’origine bactérienne. Parmi les bactéries incriminées, on retrouve le staphylocoque doré (staphylococcus aureus). Lorsque le sang véhicule les toxines, l’infection gagne différents organes et peut entraîner la mort du patient.

Choc toxique : coupe menstruelle et tampon hygiénique incriminés à tort

Nombre de situations favorisent le SCT. C’est le cas d’une faiblesse du système immunitaire, de certaines pathologies chroniques et infections respiratoires. Le tampon hygiénique utilisé de façon prolongée, tout comme la coupe menstruelle – s’ils n’en sont pas la cause directe – peut néanmoins augmenter le risque d’un choc toxique, car dans ces conditions ils favorisent la croissance du staphylocoque doré. La coupe menstruelle a été fortement accusée d’être à l’origine de ce grave syndrome, en raison de la mauvaise compréhension des résultats d’une étude scientifique émanant de chercheurs du CHU de Lyon. Après cette accusation infondée, une mise au point a été publiée afin de lever le doute. La cup « n’est pas plus dangereuse que les tampons hygiéniques ». Les cas de SCT dus au port d’un tampon hygiénique ou à l’utilisation d’une coupe menstruelle sont rarissimes. Afin de limiter les risques de choc toxique, il est très important de changer tampon et coupe régulièrement : reportez-vous aux informations d'usage de ces deux types de protections hygiéniques.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité