Acide urique élevé : un risque de calcul rénal

L’acide urique est un déchet métabolique de l’organisme provenant de la dégradation des purines et des acides nucléiques. Lorsqu’il est présent en quantité excessive dans le sang, l’acide urique peut entraîner une crise de goutte ou la formation d’un calcul rénal.
Publicité
Publicité

5415449-inline-500x333.jpg© Istock

Qu’est-ce que l’acide urique ?

Pour comprendre les répercussions que peut avoir une concentration excessive de cet acide dans le sang, il faut d’abord en présenter la définition. L’acide urique est un sous-produit naturel de la destruction de l’ADN et de l’ARN au cours de la mort cellulaire, mais également des purines qui proviennent de l’alimentation. L’acide urique est dégradé par le foie avant d’être évacué par le biais des urines et des selles. A noter qu’un régime alimentaire riche en fruits de mer, coquillages, poissons (aliments qui contiennent beaucoup de purines) peut entraîner un accroissement du taux d’acide urique.

Publicité
Acide urique élevé : quelles conséquences ?

On parle d'hyperuricémie lorsque le taux sanguin d’acide urique dépasse les valeurs normales, soit 40 à 60 mg/L chez l’homme et 30 à 50 mg/L chez la femme. Il faut savoir que l’excès d’acide urique, associé à un pH urinaire faible, représente un terrain favorable à la formation de calculs rénaux constitués par des cristaux d’acide urique. Mais, lorsque ces agrégats d’acide urique s’accumulent dans une articulation, c’est la crise de goutte. Cette forme particulière d’arthrite provoque d’intenses crises douloureuses au niveau de la structure articulaire impactée. Toutefois, l’élévation du taux d’acide urique peut également être observée en cas de diabète, d’obésité, de consommation excessive d’alcool ou encore de prééclampsie au cours de la grossesse.

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité