Lumbago et sciatique : quand faire de la chirurgie contre le mal de dos ?

Lumbago et sciatique : quand faire de la chirurgie contre le mal de dos ?©iStock

Lumbago, sciatique, hernie discale… Depuis longtemps surnommé le mal du siècle, le mal de dos nous affecte tous à un moment de notre vie. Qu’elles soient provoquées par un geste brusque, une lourde charge, un sport violent ou une pathologie, les douleurs dorso-lombaires ne sont pas toujours faciles à soulager. Vous en avez plein le dos de vos douleurs dorsales ? La chirurgie peut résoudre votre problème, mais n’est pas toujours une solution miracle.

Publicité
Publicité

Quelle est la différence entre un lumbago et une sciatique ?

Le lumbago désigne ce qu’on appelle communément le tour de reins, une lombalgie caractérisée par un dos bloqué et une douleur intense au moindre mouvement. La sciatique correspond, quant à elle, à une atteinte du nerf sciatique. Elle entraîne plutôt des décharges électriques qui prennent naissance dans le bas du dos, descendent le long de la fesse, de la cuisse et parfois jusqu’aux pieds. La sciatique est souvent secondaire à une arthrose ou à une sortie du disque intervertébral hors de son emplacement naturel (hernie discale).

Publicité

Traitements conservateurs contre le mal de dos

Le repos et les médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires, relaxants musculaires, infiltrations) sont généralement suffisants pour traiter les lumbagos et les sciatiques. Au bout de quelques jours, la douleur est atténuée et le dos retrouve peu à peu sa mobilité. La kinésithérapie permet, en outre, de renforcer les muscles dorsaux et d’adopter de bonnes habitudes, notamment concernant les postures. Les massages, la méditation et les sports tels que la natation sont recommandés pour éviter les récidives et favoriser une récupération complète. Un traitement à base de stimulations électriques, appelé électrothérapie, est parfois indiqué chez les personnes atteintes de sciatique.

La chirurgie, dernier recours en cas de lumbago ou de sciatique

L’opération n’est envisagée que si les traitements conservateurs se sont soldés par un échec et si l’origine du lumbago ou de la sciatique est anatomique. Elle est réalisée pour soulager les douleurs devenues insupportables et pour améliorer la qualité de vie du patient. En cas de hernie discale, le chirurgien retire le disque intervertébral touché. La chirurgie mini-invasive permet aujourd’hui de réduire la taille de l’incision (environ 3 cm de long) et raccourcit la durée d’hospitalisation.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité