Colique néphrétique et fièvre : que faire ?

Publicité

Vous ressentez une douleur intense au niveau des lombaires ? Ce mal de dos soudain pourrait être le signe d’une colique néphrétique. Provoquée la plupart du temps par un calcul rénal qui obstrue les voies urinaires, la colique néphrétique entraîne plusieurs symptômes. En cas de fièvre, ayez le bon réflexe : consultez votre médecin, ou rendez-vous aux urgences.

Publicité

© Fotolia

Colique néphrétique : des signes qui ne trompent pas

La colique néphrétique est provoquée par l’obstruction des voies urinaires. Chez la plupart des patients, cette obstruction est due à une lithiase (calcul). Le calcul empêche l’urine de s’écouler normalement, ce qui entraîne une douleur aiguë dans le bas du dos, au niveau du rein affecté. L’intensité de la douleur varie pendant la journée, et est en général plus forte le matin. Le patient souffre également de troubles digestifs comme des vomissements, des nausées et des ballonnements. D’autres signes comme de la fièvre ou du sang dans les urines (hématurie) peuvent apparaître.

Publicité
Colique néphrétique et fièvre, une urgence médicale

Le traitement de référence de la colique néphrétique est médicamenteux. Il repose sur l’administration d’antalgiques, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et d’antispasmodiques. En cas de fièvre supérieure à 38°C, il faut consulter un médecin ou se rendre aux urgences. Certains patients boivent de grandes quantités de liquides, croyant ainsi pouvoir éliminer le calcul. En réalité, ce réflexe ne soulage pas la douleur, mais il l’aggrave, car l’absorption de liquides favorise la sécrétion d’urine. Même si la douleur a disparu, il convient de réaliser tous les examens prescrits par le médecin afin d’éviter les récidives.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité