Publicité
Publicité

Un patient hospitalisé peut à tout moment quitter l’établissement. Il doit être informé des risques de son état et signer une décharge. Hormis les personnes ayant nécessité un placement d’office pour troubles mentaux aucun patient ne peut être retenu dans un établissement hospitalier. Les patients ayants eux-même demandé leur hospitalisation en raison de leur santé mentale disposent de leur liberté individuelle sans restriction.

Le droit à la confidentialité est consacré par le code civil comme par la convention européenne des droits de l’homme. Selon ces textes tout patient à droit au respect de sa vie privée. Il peut demander que sa présence dans l’établissement ne soit pas divulguée et que toutes les informations le concernant, médicales mais aussi administratives et financières, ne soit pas communiqué à des tiers. La confidentialité de son courrier, de ses communications téléphoniques et de ses entretiens avec le personnel hospitalier ou avec ses visiteurs doit être également respectée. Les visites sont libres dans la limite du respect de l’intimité et du repos des autres patients.

Publicité
L’intimité des patients doit être respectée à tout moment de son séjour hospitalier. Que ce soit lors des soins, des toilettes, des consultations, examens et visites médicales et même des brancardages. La personne doit être traitée avec égard et ne pas souffrir de propos ou d’attitude équivoque.

Dans les établissements assurant l’enseignement de la médecine le consentement des patients doit être reçu et respecté s’ils font l’objet de l’enseignement. De plus la croyance et les convictions des patients doivent être respectées. Si les malades doivent pouvoir suivrent les préceptes de leur religion, le prosélytisme est interdit. D’une manière générale la tranquillité des patients doit être assurée, les déplacements et les délais d’attente le plus réduits possibles.

Publicité

Liberté individuelle, respect de la personne et de la vie privée

Un patient hospitalisé peut à tout moment quitter l’établissement. Il doit être informé des risques de son état et signer une décharge. Hormis les personnes ayant nécessité un placement d’office pour troubles mentaux aucun patient ne peut être retenu dans un établissement hospitalier. Les patients ayants eux-même demandé leur hospitalisation en raison de leur santé mentale disposent de leur liberté individuelle sans restriction.

Le droit à la confidentialité est consacré par le code civil comme par la convention européenne des droits de l’homme. Selon ces textes tout patient à droit au respect de sa vie privée. Il peut demander que sa présence dans l’établissement ne soit pas divulguée et que toutes les informations le concernant, médicales mais aussi administratives et financières, ne soit pas communiqué à des tiers. La confidentialité de son courrier, de ses communications téléphoniques et de ses entretiens avec le personnel hospitalier ou avec ses visiteurs doit être également respectée. Les visites sont libres dans la limite du respect de l’intimité et du repos des autres patients.

Publicité
L’intimité des patients doit être respectée à tout moment de son séjour hospitalier. Que ce soit lors des soins, des toilettes, des consultations, examens et visites médicales et même des brancardages. La personne doit être traitée avec égard et ne pas souffrir de propos ou d’attitude équivoque.

Dans les établissements assurant l’enseignement de la médecine le consentement des patients doit être reçu et respecté s’ils font l’objet de l’enseignement. De plus la croyance et les convictions des patients doivent être respectées. Si les malades doivent pouvoir suivrent les préceptes de leur religion, le prosélytisme est interdit. D’une manière générale la tranquillité des patients doit être assurée, les déplacements et les délais d’attente le plus réduits possibles.

Publicité

Liberté individuelle, respect de la personne et de la vie privée

Un patient hospitalisé peut à tout moment quitter l’établissement. Il doit être informé des risques de son état et signer une décharge. Hormis les personnes ayant nécessité un placement d’office pour troubles mentaux aucun patient ne peut être retenu dans un établissement hospitalier. Les patients ayants eux-même demandé leur hospitalisation en raison de leur santé mentale disposent de leur liberté individuelle sans restriction.

Le droit à la confidentialité est consacré par le code civil comme par la convention européenne des droits de l’homme. Selon ces textes tout patient à droit au respect de sa vie privée. Il peut demander que sa présence dans l’établissement ne soit pas divulguée et que toutes les informations le concernant, médicales mais aussi administratives et financières, ne soit pas communiqué à des tiers. La confidentialité de son courrier, de ses communications téléphoniques et de ses entretiens avec le personnel hospitalier ou avec ses visiteurs doit être également respectée. Les visites sont libres dans la limite du respect de l’intimité et du repos des autres patients.

Publicité
L’intimité des patients doit être respectée à tout moment de son séjour hospitalier. Que ce soit lors des soins, des toilettes, des consultations, examens et visites médicales et même des brancardages. La personne doit être traitée avec égard et ne pas souffrir de propos ou d’attitude équivoque.

Dans les établissements assurant l’enseignement de la médecine le consentement des patients doit être reçu et respecté s’ils font l’objet de l’enseignement. De plus la croyance et les convictions des patients doivent être respectées. Si les malades doivent pouvoir suivrent les préceptes de leur religion, le prosélytisme est interdit. D’une manière générale la tranquillité des patients doit être assurée, les déplacements et les délais d’attente le plus réduits possibles.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité