Cécité corticale bilatérale : la définition

Les pathologies qui affectent la santé des yeux sont multiples et peuvent parfois mener à la cécité. Mais il existe des formes peu connues, telles que la cécité corticale bilatérale qui a une origine particulière. Focus sur cette pathologie qui est responsable d’une cécité bilatérale.

Publicité
Publicité

© Istock

Définition d’une cécité corticale bilatérale

Publicité

Une cécité corticale bilatérale est une forme de cécité qui touche les deux yeux et qui est due à une atteinte cérébrale. Concrètement, les deux yeux sont en parfaite santé et fonctionnels mais c’est le cerveau, qui reçoit les informations visuelles et qui est chargé de les traiter, qui dysfonctionne. La cécité corticale bilatérale est donc due à un problème au niveau du cortex occipital, la région du cerveau qui gère les informations nerveuses transmises par les nerfs optiques. Les causes principales de la cécité corticale sont des lésions consécutives à un traumatisme crânien, à un AVC (accident vasculaire cérébral), à une hémorragie cérébrale ou à une infection telle qu’une méningite.

Symptômes des cécités corticales bilatérales

Les cécités corticales bilatérales entraînent des symptômes marqués et assez impressionnants, à savoir :

- une perte brutale et complète de la vue des deux côtés ;

- des yeux parfaitement sains et intègres (pas de douleur, pas de rougeur, pas de lésion visible…) ;

- des pupilles qui continuent à réagir normalement (contraction à la lumière et dilatation dans l’obscurité).

A noter que certains patients souffrant de cécité corticale bilatérale ne sont pas toujours conscients de leur cécité, d’autant que des hallucinations visuelles s’observent parfois.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité