Publicité
Publicité

Selon une étude américaine durant le printemps et l’été 1994, 20% de la population sort en vélo en promenade. Sur les 1035 cyclistes plus ou moins occasionnels interrogés, 20,2% ont été victimes de traumatismes, soit une prévalence de lésion de 0,9% par mois, ce qui est faible (informations du CDC d’Atlanta).

Selon une étude menée par les laboratoires Menarini, portant sur 257 cyclistes, les lésions concernaient essentiellement le genou (37%) et le rachis (19%).

Publicité
Le genou est fréquemment le siège de tendinites ou de syndromes rotuliens, liés le plus souvent à un surmenage articulaire dans des conditions de travail défectueuse (hauteur de selle à revoir, axe de pédalier faussé, utilisation de braquets trop importants, ...).

Le rachis est plus souvent le siège de contractures musculaires, à la suite d’une position penchée sur l’avant maintenue pendant longtemps, ce qui surcharge les muscles de la nuque. Le vélo est peu traumatisant pour le rachis lombaire ou dorsal, sauf chez les pratiquants restant en permanence assis sur la selle malgré un terrain chaotique, ou chez ceux dont le matériel est mal réglé...


Les lésions de la main et du poignet (5%) sont sans doute sous-évaluées. Ces régions sont fréquemment le siège de lésions plus ou moins importantes lors des chutes (de même que l’épaule, et tout particulièrement la clavicule), mais aussi de compressions neurologiques au niveau du poignet, du fait d’un appui incorrect des mains sur le guidon.

Enfin, les lésions du crâne, si elles sont rares chez l’adulte en cyclisme sur route, représentent plus du tiers des consultations après chute de vélo chez l’enfant, ce qui met en évidence l’intérêt du port du casque, quel que soit l’âge du pratiquant.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité