Fracture spontanée : un signe d'ostéoporose ?

Publicité

Vous ressentez une douleur osseuse sans raison apparente ? Les antalgiques ne suffisent pas à soulager la douleur ? Il pourrait s’agir d’une fracture spontanée. Ce type de fracture, qui apparaît sans traumatisme, peut être causé par plusieurs maladies comme les cancers secondaires (métastases) et la maladie des os de verre. La fracture spontanée est aussi un symptôme d’ostéoporose.

Publicité

L’ostéoporose, des os fragiles qui favorisent les fractures spontanées

L’ostéoporose touche surtout les femmes après 50 ans. Elle est asymptomatique et est souvent liée au vieillissement (ostéoporose sénile) ou à la ménopause (ostéoporose post-ménopausique). Environ 40% des femmes âgées de plus de 65 ans en souffrent, et ce pourcentage s’élève à 70% après 80 ans. Elle se manifeste par une détérioration de l’os et une diminution de la masse osseuse. Cette détérioration fragilise l’os et augmente le risque de fracture spontanée. Ce sont souvent les radiographies qui permettent de poser le diagnostic car la maladie n’entraîne pas d’autres symptômes. Les os les plus affectés sont ceux des jambes, des avant-bras et les vertèbres. La douleur est généralement accentuée pendant l’effort.

Publicité
Comment prévenir les fractures spontanées liées à l’ostéoporose ?

La prévention des fractures spontanées repose sur l’activité physique et une bonne alimentation. Les sports tels que la musculation et la course à pied permettent d’augmenter la densité osseuse. Une alimentation riche en calcium, en vitamine D, en fruits et en légumes est fortement recommandée. Il existe aussi des traitements médicaux à base de bisphosphonates et de ranélate de strontium (Protelos®). Si la maladie est associée à la ménopause, un traitement hormonal doit être mis en place.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité