Bronchite chronique : les traitements

Publicité

Les traitements de la bronchite chronique passent obligatoirement par l’éducation thérapeutique des patients et par le traitement de la maladie elle-même. Le médecin va examiner les habitudes et les comportements du patient ainsi que son milieu familial et professionnel. Il examinera également les antécédents du patient afin de déterminer l’origine de sa maladie et le traitement le plus approprié. Le traitement de la bronchite chronique reposera sur l’éloignement des agents irritants ainsi que sur le contrôle des épisodes et de la surinfection bronchique. Lorsque la maladie est à un stade avancé et que le patient souffre de bronchite chronique obstructive, le traitement consistera à améliorer la part encore réversible de l’obstruction.

Publicité

© Fotolia

Le traitement médicamenteux

Il doit également faire l’objet d’une éducation du patient quant à son utilisation, notamment pour l’utilisation des inhalateurs pour les bronchodilatateurs et les corticoïdes.
Les bronchodilatateurs :
C’est le traitement symptomatique et il se présente sous forme d’aérosol et s’administre par inhalation.
Les corticoïdes :
Les corticoïdes à longue durée d’action sont souvent associés aux bronchodilatateurs, ils s’administrent également par inhalation mais sont réservés aux patients dits « sévères » dont les symptômes persistent malgré un traitement par les bronchodilatateurs.
À noter : l’utilisation des corticoïdes inhalés pris seuls, des corticoïdes oraux, des médicaments mucolytiques et des antitussifs n'est pas recommandée sur le long cours.

Publicité
L’éducation du patient

Tabac :
L’arrêt du tabac est primordial et est souvent le seul traitement qui permet d’enrayer l’évolution de la maladie. Le médecin devra évaluer le « statut tabagique du patient » c’est-à-dire sa dépendance et sa motivation à arrêter de fumer, afin d’obtenir les meilleurs résultats. La prise en charge de l'arrêt du tabac doit être immédiate et faite conjointement aux consultations d'un tabacologue.
L’approche sera la même si le patient est consommateur de cannabis.
Exposition professionnelle à des agents irritants :
Si le patient n’a pas la possibilité de cesser le contact avec les agents irritants dans son milieu professionnel, un suivi et une formation au port et à l’utilisation d’Équipement de Protection Individuelle (EPI) ainsi que des règles d’hygiène et de bonnes pratiques de manipulation des agents irritants ou polluants peuvent être mis en place conjointement avec le médecin du travail.
La vaccination :
Ne pouvant être imposée car elle reste au choix du patient, une vaccination antigrippale peut être recommandée afin de limiter l'aggravation de la maladie en cas de surinfection et surtout si le patient est déjà insuffisant respiratoire. Il est également recommandé d'effectuer une vaccination antipneumococcique tous les 5 ans.
Gestion du poids :
Le surpoids joue un rôle important dans la maladie et le patient doit envisager de faire de l’exercice physique au quotidien afin de perdre du poids et améliorer sa condition.

Ces dispositions et traitements devront être maintenus sur le long terme.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité