Glaucome aigu ou chronique : la différence

Les maladies de l’œil comme le glaucome, la cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l’âge peuvent conduire à la cécité si elles ne sont pas prises en charge. Dans le cas du glaucome, il existe deux formes : aiguë et chronique. Le glaucome aigu est rare mais constitue une urgence chirurgicale.

Publicité
Publicité

© Istock

Le glaucome aigu se manifeste par plusieurs symptômes

Le glaucome chronique ou à angle ouvert est la forme la plus fréquente. Elle concerne environ neuf patients sur dix. L’atteinte du nerf optique se fait de manière progressive, sans signe apparent. Le patient ne ressent aucune gêne ni aucune douleur. En revanche, le glaucome aigu provoque une douleur oculaire brutale et soudaine. Il est aussi appelé à angle fermé, car l’humeur aqueuse, un liquide présent à l’intérieur de l’œil, reste enfermée dans le globe oculaire. Ce phénomène augmente la pression intra-oculaire (PIO) responsable de la douleur, et entraîne une baisse de la vision.

Faire baisser la pression intra-oculaire, une priorité

Quelle que soit la forme du glaucome, la première mesure consiste à réduire la pression à l’intérieur de l’œil. Pour y parvenir, les ophtalmologistes prescrivent un ou plusieurs collyres (gouttes). Si ces traitements échouent, une intervention au laser est proposée pour évacuer l’humeur aqueuse. Si les troubles visuels s’aggravent, la chirurgie peut être envisagée. Ces traitements peuvent provoquer des effets indésirables, notamment une cataracte.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité