Publicité
Publicité

Pourquoi se faire vacciner ?

L’encéphalite japonaise est une virose tropicale transmise à l’homme par la piqûre d’un moustique du genre Culex. Elle sévit en Asie, dans une vaste région qui s’étend du sous-continent Indien à l’ouest de la Nouvelle Guinée et de l’Indonésie au nord-est de la Chine.

Encéphalite japonaise
En rouge : régions d’Asie où la transmission enzootique du virus de l’encéphalite japonaise est suspectée ou avérée. D’après Tsai TF (1).

La transmission est maximale dans les zones rurales pendant toute la saison des pluies. Le risque serait alors de 1 cas pour 5000 voyageurs exposés par mois.
Le risque de contracter une encéphalite japonaise pendant un voyage en Asie est favorisé par les conditions de séjour : pays en développement, période de transmission enzootique, milieu rural, séjour prolongé, activités à l’extérieur à la tombée du jour et le soir, exposant à la piqûre des moustiques (1).

L’infection est le plus souvent inapparente (98% des cas) mais dans les autres cas, la maladie se traduit par un syndrome infectieux brutal associé à une encéphalite. Un malade sur quatre décédera et un tiers des survivants garderont des séquelles neurologiques (1).

Il n’existe pas de traitement spécifique de l’encéphalite japonaise. Outre les différentes méthodes de protection contre les moustiques, la seule prévention est la vaccination.

Qui doit se faire vacciner ?

Le risque pour le touriste "habituel" est extrêmement faible et la vaccination n’est pas systématiquement indiquée, notamment chez une personne qui effectue un séjour court (moins de 30 jours) dans les grandes zones urbaines.
L’indication de la vaccination pour le voyageur repose sur une évaluation du risque au cas par cas qui tient compte de l’itinéraire, du niveau de transmission de l’encéphalite japonaise dans les régions visitées et des activités du voyageur (2).

Selon les recommandations de l’OMS (3) et du Center of Disease Control and Prevention (CDC) (2), elle doit être proposée uniquement en cas de séjour prolongé en milieu rural dans les zones d’endémicité .
Selon, les recommandations de l’Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) (4), elle s’adresse aux voyageurs devant séjourner : pendant un mois ou plus, dans une région d’endémie, pendant la saison de transmission enzootique, notamment en milieu rural.
La vaccination peut exceptionnellement être envisagée pour des séjours de moins de 30 jours en cas de voyage dans des régions où sévit une épidémie ou en cas d’activités importantes en extérieur dans les zones rurales.

La vaccination peut être effectuée par tous les praticiens. Cependant le vaccin n’est disponible en France que dans des conditions particulières de délivrance et d’utilisation (Autorisation Temporaire d’Utilisation nominative) et nécessite une ordonnance médicale argumentée et adressée à un pharmacien hospitalier qui mettra en oeuvre une procédure stricte de commande auprès de l’Agence du Médicament. Du fait de ces délais administratifs, il est prudent d’émettre la prescription 2 mois avant le départ (10-20 jours pour les procédures administratives et de délivrance, 30 jours pour les 3 doses vaccinales, 10 jours pour l’établissement de l’immunité).

Qui ne doit pas se faire vacciner ?

Contre-indications habituelles de la vaccination : hypersensibilité à l’un des composants du vaccin, maladies infectieuses aiguës et maladies évolutives en cours (aiguës ou chroniques).

Le vaccin est contre-indiqué chez l’enfant de moins de 1 an.

Grossesse et allaitement : prudence en l’absence de données, mettre en balance les avantages et les risques.

Comment se faire vacciner ?

Primo-vaccination : 3 doses : J0, J7 et J30.

La vaccination est possible dès l’âge de 1 an, mais entre 1 et 3 ans, seulement la moitié de la dose est injectée.

Une injection de rappel doit être prévue deux ans après

A partir de quand suis-je protégé ?

La dernière dose de la primo-vaccination doit être administrée au moins 10 jours avant le départ pour assurer une réponse immunitaire avant le voyage.

Références

Publicité

  1. Tsai TF. Japanese encephalitis vaccines In : Plotkin SA, Mortimer EA, eds. Vaccines. 2nd ed. Philadelphia : WB Saunders Company, 1994 : 671-713.
  2. CDC. Yellow book. Health Information for International Travel 1996-97. Le Yellow book peut être téléchargé sur le site internet du CDC d’Atlanta.
  3. OMS. Voyages internationaux et santé. http://www.who.int/ith/fr/
  4. Center or Disease Control and Prevention. Inactivated japanese encephalitis virus vaccine. Recommendations of the advisory committee on immunization practices (ACIP). MMWR 1993 ;42(RR-1):1-15.
  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité