Publicité
Publicité

Le rôle du médecin

Avec quelques handicaps au passage, quand même. Comme toutes les fonctions, la fonction sexuelle est sujette au vieillissement. Pour les hommes, c’est l’impuissance et l’éjaculation précoce. Pour les femmes, un temps plus long pour parvenir à l’orgasme.

Publicité
Le corps vieillit, il faut s’adapter aux changements, que ce soit avec le même partenaire ou avec un autre. Cependant, pour y parvenir, on est gêné, on manque de mots.

Le premier interlocuteur est -ou devrait être- le médecin. A qui l’on n’ose pas souvent parler, surtout s’il est plus jeune, de peur qu’il ne porte un jugement, ou de peur de mal exprimer ce qu’on ressent.

A la question : "Vous a-t-on parlé de sexualité quand vous étiez petits ?" les personnes âgées de 60 ans en 1992 (rapport Spira) ont répondu : non. On mesure le progrès réalisé depuis...

La difficulté de parler

Difficultés relationnelles, troubles de la communication et, là aussi, perte de l’estime de soi, honte, dévalorisation... autant de raisons de ne rien dire. Pourtant, même si ce n’est pas facile pour lui non plus, le médecin ne fera pas l’impasse sur la réponse. Dépister et informer, c’est son métier !

La difficulté de parler concerne 91% des hommes. 81% des hommes disent qu’ils consulteraient s’ils avaient des difficultés sexuelles. Seulement 25% le font vraiment en cas d’impuissance, dont la moitié... sur le pas de la porte ("Au fait, docteur, j’ai oublié de vous demander...").

Pour les troubles de la prostate, 40% des patients répondent qu’ils en parleraient si besoin était, 3% abordent réellement la question et 60% des femmes de patients répondent qu’elles en souffrent.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité