Publicité
Publicité

Pourquoi se faire vacciner ?

La fièvre jaune est une maladie virale aiguë transmise à l’homme par la piqûre de certaines espèces de moustiques (Aedes, Haemogogus).

Publicité
La fièvre jaune est une zoonose, c’est à dire une maladie qui se transmet des animaux vertébrés à l’homme et vice-versa. Le virus responsable de la maladie se propage du singe au singe, du singe à l’homme et de l’homme à l’homme par l’intermédiaire des moustiques (1)(2).

La fièvre jaune sévit dans les régions intertropicales d’Afrique et d’Amériques où elle est parfois responsable d’épidémies très meutrières (3).

En Afrique : La fièvre jaune est endémique dans 33 pays d’Afrique intertropicale. Classiquement elle se localise entre 15° de latitude nord et 15° de latitude sud (3)

Fièvre jaune en Afrique
source : OMS 1997 (4)

Aux Amériques : La fièvre jaune est endémique dans toute la région du bassin amazonien et dans la partie méridionale de l’Amérique Centrale. Classiquement elle se localise entre 10° de latitude nord et 20° de latitude.

Fièvre jaune en Amérique du Sud
source : OMS 1997 (4)

source : OMS 1997 (4)

L’Asie intertropicale est mystèrieusement épargnée, mais la présence conjointe des moustiques et du réservoir animal (les singes) font qu’un grand nombre de pays asiatiques exigent un certificat de vaccination des voyageurs en provenance des pays infectés (3).

Le CDC d’Atlanta publie 2 fois par semaine la liste des pays infectés par la fièvre jaune. Cette liste peut servir de référence pour l’exigence d’un certificat de vaccination amarile par certains pays pour les voyageurs en provenance des pays de cette liste.
Vous pouvez consultez cette liste, aussi appelée Blue Sheet sur le serveur internet du CDC d’Atlanta

PAYS INFECTES PAR LA FIEVRE JAUNE à la date du 30 juillet 1999

- Afrique

  • Angola : Provinces : Bengo & Luanda
  • Bénin : Département : Atakora
  • Burkina Faso : Région de Gaoua
  • Cameroun : Province du Nord
  • République démocratique du Congo : Nord du 10ème parallèle Sud
  • Gabon : Province Ogooue’-Ivindo
  • Gambie : Région d’ Upper River
  • Ghana : Région Upper West
  • Guinée : Région de Siguiri
  • Libéria : Comtés de Boma , Bong , Bassa, Sinoe
  • Nigéria : Etats : Anambra, Bauchi, Bendel, Benue, Cross River, Imo, Kaduna, Kwara, Lagos, Niger, Ogun, Ondo, Oyo, et Plateau.
  • Sierra Léone : District de Kenema
  • Soudan : Sud du 12ème parallèle Nord

- Amérique du Sud

  • Bolivie : Départements : Beni, Cochabamba, La Paz et Santa Cruz.
  • Brésil : Territoires : Amapa Etats : Amazonas, Maranhao,Mato Grosso, Para
  • Colombie : Départements : Antioquia, Boyaca, Cesar, Choco, Cundinamarca, Norte de Santander, Santander, and Vichada.
  • Intendencias : Arauca, Caqueta, Casanare, Cucuta, Guaviare, Meta, et Putumayo.
  • Equateur : Provinces : Morona-Santiago, Napo, Pastaza, Sucumbios et Zamora Chinchipe.
  • Guinée Française : Région de Saint Laurent-du-Moroni
  • Pérou : Départements : Amazonas, Ancash, Ayacucho, Cusco, Huanuco, Junin, Loreto, Madre de Dios, Puno, Pasco, San Martin et Ucayali.

La maladie est de sévérité variable en fonction du statut immunitaire de la personne infectée et probablement de la virulence de la souche infectante (2).

Les formes inapparentes ou atténuées sont heureusement prédominantes, mais dans ses formes graves, la fièvre jaune se caractérise par une hépatonéphrite (infection du foie et des reins) hémorragique souvent mortelle qui évolue classiquement en deux phases séparées par une rémission de quelques heures : (2)

Après 3 à 6 jours d’incubation, la maladie débute par une fièvre d’apparition brutale, des douleurs du dos, des maux de tête, des nausées et des vomissements accompagnés d’une soif intense. Le faciès est vultueux, les yeux sont injectés de sang (phase rouge).

Après une courte période de rémission pendant laquelle la fièvre et les signes généraux s’atténuent, le malade voit son état s’aggraver avec remontée brutale de la fièvre, apparition d’une jaunisse ( phase jaune - qui donne son nom à la maladie) et de manifestations hémorragiques (vomissements de sang noir caractéristiques : le vomito negro ) qui traduisent l’atteinte du foie. L’atteinte rénale se manifeste par une protéinurie et une oligurie (volume des urines

Le malade d’abord agité et anxieux devient progressivement prostré au fur et à mesure que la défaillance hépatique, circulatoire et rénale progresse pour aboutir au coma et à la mort dans près de la moitié des cas.
Au cours de certaines flambées épidémiques, le taux de mortalité peut dépasser 50% chez les adultes non immuns et 70% chez les enfants (5).
Si le malade survit, la guérison est sans séquelle et procure une immunité solide et durable (6).
La convalescence s’accompagne d’une asthénie importante qui persistera 3 mois environ (7).

Il n’y a pas de traitement curatif spécifique, et le traitement symptomatique est aléatoire.

La vaccination a une efficacité quasi absolue ; elle est simple, très bien tolérée et, de surcroît, administrativement exigible (4).

Qui doit se faire vacciner ?

La vaccination est fortement recommandée, dès l’âge de 6 mois, aux personnes voyageant, même pour une courte durée, et a fortiori aux personnes résidant en zone d ’endémie(6).
Elle est également conseillée chez les personnes non vaccinées se rendant d’une zone endémique dans une zone réceptive. Le règlement sanitaire international autorise en effet tout Etat se trouvant dans une zone de réceptivité à exiger un certificat de vaccination à jour de toute personne âgée de plus d’un an pénétrant sur son territoire(6)

Qui ne doit pas se faire vacciner ?

La vaccination est contre-indiquée chez les personnes suivantes :
- les personnes immunodéprimées
- les personnes atteintes d’une maladie maligne évolutive
- les nourrissons de moins de 6 mois
- les femmes enceintes :
Il est souhaitable de différer un voyage dans la zone d’endémicité amarile après l’accouchement.
S’il est impossible de surseoir au voyage et que l’exposition au risque est inévitable et régulière, le médecin vaccinateur pourra recommander la vaccination contre la fièvre jaune car le risque théorique de la vaccination pour la mère et le foetus est inférieur au risque de la fièvre jaune (8). Cette décision ne peut être prise qu’au cas par cas (lieu de séjour, âge de la grossesse...).
- Les personnes allergiques aux protéines de l’oeuf.

En cas de contre-indication, un certificat de contre-indication à la vaccination amarile sera rédigé si possible dans la langue du pays de destination. Tous les pays n’accordant pas de dérogation, il est nécessaire de se renseigner auprès de l’ambassade.

Comment se faire vacciner ?

La primovaccination amarile comprend une seule injection sous-cutanée ou intramusculaire dix jours au moins avant le départ.

Le règlement sanitaire international exige une injection de rappel tous les 10 ans.

La vaccination doit être effectuée dans un centre de vaccination agréé. Ces centres sont les seuls habilités à effectuer la vaccination amarile et à délivrer les certificats exigés par le règlement sanitaire international ("carnet jaune").
La période de validité d’un certificat international de vaccination contre la fièvre jaune est de dix ans, à compter du dixième jour qui suit la vaccination.
Dans le cas d’une personne revaccinée avant l’expiration de cette période, la validité est prolongée pour une nouvelle période de dix ans à compter du jour de la revaccination. Lorsque la revaccination est enregistrée sur un nouveau certificat, il est recommandé aux voyageurs de garder l’ancien certificat pendant dix jours jusqu’à ce que le nouveau certificat devienne valable.

A partir de quand suis-je protégé ?

L’immunité apparaît environ une semaine après la vaccination chez 95% des personnes vaccinées. La durée de l’immunité conférée par la vaccination est très certainement supérieure aux dix ans admis par précaution pour la validité du certificat de vaccination international (3).

Reférences

Publicité

  1. Debord T, Rové R. La fièvre jaune. Rev Prat 1990 ;105:21-9.
  2. Freestone DS. Yellow fever vaccine. In : Plotkin SA, Mortimer EA, eds. Vaccines. 2nd ed. Philadelphia : WB Saunders Company, 1994 : 741-79.
  3. OMS. Yello fever Fact Sheet No 100.
  4. OMS - Dans rubrique Voyages internationaux et santé du serveur internet de l’OMS.
  5. OMS. Yellow Fever - Dans rubrique Disease and vaccines du serveur internet de l’OMS.
  6. DGS. Fièvre jaune. Dans Guide technique des vaccinations édition 1995 ;164-9.
  7. Menot E, Canepa P, Marcelli JM. Fièvre jaune - Une vaccination à ne pas négliger. Rev Prat 1994 ;(8)268:41-5
  8. Center for Disease Control and Prevention. Health information for international travel 1999-2000, DHHS, Atlanta, GA.
  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité