Hypertension intracranienne : quels sont les traitements

Hypertension intracranienne : quels sont les traitements

L'hypertension intracrânienne est une augmentation de la pression à l'intérieur de la boîte crânienne qui se traduit par des maux de tête, des vomissements et des troubles visuels. Pour éviter cette tension excessive, il faut s'intéresser au traitement de l'hypertension et se demander, en cas d'hypertension intracrânienne, quels sont les traitements qu'il est possible d'instaurer. C'est ce que nous allons voir.

Publicité
Publicité

Pourquoi le traitement de l'hypertension intracrânienne est-il nécessaire

L'hypertension intracrânienne entraîne des maux de tête essentiellement présents le matin au réveil ou en deuxième partie de nuit. Ces céphalées surviennent par crises et augmentent à l'effort. Par ailleurs, elles ne sont pas soulagées par les antalgiques classiques. Les vomissements et les nausées sont inconstants mais lorsqu'ils surviennent ils soulagent les maux de tête. Les troubles visuels, eux, interviennent tardivement et ils peuvent s'accompagner de troubles de la vigilance (baisse d'attention, somnolence, apathie, etc.). En raison de ces symptômes, mettre en place un traitement rapide est indispensable. Sans intervention, l'hypertension intracrânienne va provoquer une cécité définitive et de graves troubles neurologiques.

Publicité

Hypertension intracrânienne : quels sont les traitements

Généralement le traitement de l'hypertension intracrânienne commence par l'administration de cortisone et de diurétiques. Il est également nécessaire de cesser de consommer des médicaments si ce sont eux les responsables de cette hypertension. Le traitement peut également être chirurgical. Il consiste à retirer l'élément responsable de la compression de l'encéphale ou il vise à évacuer l'excédent de liquide céphalo-rachidien responsable de l'hypertension (le médecin procède alors à une ponction lombaire évacuatrice ou à la pose d'une dérivation ventriculaire externe). Avec un traitement correctement mené, la guérison est rapide ; en revanche on observe des rechutes dans 30 % des cas.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité