Publicité

Après un répit d’un an, le virus de la grippe aviaire menace à nouveau. 160.000 dindes ont été abattues début février en Grande-Bretagne. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) demande aux gouvernements de se tenir prêts à l’apparition de nouveaux foyers en Europe. Un nouveau confinement des volailles est envisagé.

Publicité

La crainte d’une transmission à l’homme

La découverte d’un foyer du virus H5N1 de la grippe aviaire dans un élevage hongrois fin janvier puis en Grande-Bretagne début février marque le retour de la grippe aviaire sur le continent européen. Ce qui inquiète les scientifiques, c’est la transmission interhumaine de ce redoutable virus H5N1 : « La probabilité existe qu’une épidémie de grippe humaine se développe à partir du virus de la grippe aviaire » reconnaissent les responsables de la coordination nationale des GROG (Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe) en France.

Publicité
Ce virus aviaire pourrait en effet se « mélanger » avec le virus de la grippe humaine saisonnière (celle qui revient tous les hivers), s’adapter ainsi à l’homme et provoquer une épidémie mondiale de grippe humaine particulièrement sévère (pandémie). C’est sans doute ce qui est arrivé avec la grippe espagnole après la première guerre mondiale.

Une menace du coup qui inquiète aussi les autorités sanitaires, prêtes à prendre à nouveau, des mesures drastiques pour combattre la propagation de cette grippe.

Alors pourquoi autant d’inquiétudes par rapport à ce virus de la grippe aviaire ? « Il s’agit d’un virus à fort potentiel de contagiosité et qui peut provoquer une mortalité proche de 100 % chez les volailles en quelques heures » précise une note de l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS).

Les cas « humains » de grippe aviaire ont montré aussi une forte mortalité (80 à 90 %) mais le risque de contagion des volailles à l’être humain reste aujourd’hui très faible. Il concerne surtout les éleveurs de volailles et les personnes en contact étroit avec les oiseaux. Donc pas de panique.

Si des pigeons vous narguent sur le bord de votre fenêtre ou si vous avez comme pensionnaire un canari ou une perruche, ne les regardez pas de travers : ils ne risquent pas de vous contaminer.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité