Publicité
Publicité

La question de la séparation concerne l’être humain des avant sa naissance car, s’il s’origine à une réunion -au minimum de gamètes- il n’en reste pas moins que sa destinée le dirige de la façon la plus irrémédiable vers la séparation. Ceci n’a pas échappé aux premiers psychanalystes lorsqu’ils ont conceptualisé leur théorisation incontournable de la castration. Mais qu’en est-il de la séparation chez le nouveau-né, lorsqu’elle est définitive des la naissance.

Pour qu’un humain puisse se penser humain, il faut que cette coupure, cette castration dite ombilicale puisse lui permettre de s’autonomiser. Les concepts d’histoire, de préhistoire voire de protohistoire peuvent décrire une parole qui se situe en dehors de l’enfant , le dépasse et constitue une sorte de canevas psychique à son développement. Sa naissance illustre cette histoire dans la mesure où il la reçoit et l’accepte avec ses aléas. Mais, en même temps, on pourra dire qu’il s’en éloigne car, il la parle, la pense. C’est une dimension spécifique de l’humain. Pour la respecter, lorsque les parents ne peuvent pas remplir la fonction de pourvoyeurs des paroles structurantes nécessaires au développement de l’enfant, c’est à d’autres de s’en charger afin que celui-ci soit en mesure de fonctionner personnellement et socialement dans sa propre vérité.

Publicité
Pour les nourrissons nés après un accouchement au secret, ceux dont l’ histoire ne peut pas se penser de façon transgénérationnelle, à partir des grands parents par exemples, la naissance représente une coupure radicale de tout ce qu’ils connaissent. Leurs perceptions aériennes sont en totale disjonction des perceptions ante natales déjà mémorisées : la voix de leur mère, sa langue maternelle et tout ce qu’elle contient, son odeur, les bruits de son corps, sa chaleur, éventuellement la voix du père, des proches, s’ils ont parlé près du ventre maternel pendant la grossesse, l’ambiance familiale : tout ce qui permet à un bébé de se repérer dans les premiers moments de sa vie disparaît. La seule chose qui puisse éventuellement faire lien, ce sont les paroles le concernant prononcées à son adresse et donnant sens à ce qu’il doit vivre. Ces paroles ne devraient à aucun moment lui être cachées et devraient lui être dites au plus tôt après la séparation, c’est une urgence de parole. Alors seulement, l’enfant pourra venir prendre sa place dans son histoire.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité