Fatigue intense : reconnaître une mononucléose

Fatigue intense : reconnaître une mononucléose©iStock

La mononucléose infectieuse est une pathologie virale qui passe souvent inaperçue, car elle n'occasionne pas toujours de symptômes caractéristiques, hormis une fatigue intense. Alors comment la détecter ? De quelle prise en charge cette maladie fait-elle l'objet ?

Publicité
Publicité

Mononucléose : quels signes ?

Provoquée par le virus d'Epstein-Barr, la mononucléose infectieuse survient principalement chez l'adolescent et le jeune adulte. Parfois qualifiée de maladie du baiser, cette pathologie virale est, en effet, souvent transmise par la salive. C'est au terme d'une période d'incubation comprise entre 4 et 7 semaines que les premières manifestations cliniques vont apparaître et, selon les patients, revêtir des intensités diverses. Cela pourra aller d'une fièvre élevée (39°C) à une angine douloureuse en passant par des maux de tête ou des douleurs musculaires. Mais c'est généralement une fatigue intense qui prédomine et qui pousse le médecin à préconiser des examens sanguins visant à détecter la présence de l'infection.

Publicité

Mononucléose : quels traitements ?

À l'image de toutes les maladies d'origine virale, la mononucléose ne nécessite pas l'administration de médicaments antibiotiques, mais fait l'objet d'un traitement symptomatique. Pour soulager les douleurs, des antalgiques plus ou moins puissants sont généralement prescrits tandis que des substances antipyrétiques seront privilégiées pour faire baisser la fièvre. En règle générale, la mononucléose guérit spontanément en 3 à 5 semaines, mais il arrive que la fatigue persiste au-delà. Pendant ce laps de temps, il est conseillé d'observer le repos et d'éviter les efforts physiques intensifs.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité