Toxoplasmose

Toxoplasmose (sérologie) : Intérêt

La toxoplasmose est une maladie infectieuse fréquente due à un parasite, Toxoplasma gondii, en général bénigne sauf chez le patient immunodéprimé (comme le patient transplanté ou souffrant de Sida) et chez la femme enceinte (risque de malformations neurologiques chez le foetus). La sérologie de la toxoplasmose est d’ailleurs prévue dans les bilans systématiques en début de grossesse.

Publicité
Toxoplasmose (sérologie) : Déroulement du prélèvement

Il n’y a pas de conditions spéciales pour ce prélèvement (mais d’autres examens demandés dans le même bilan peuvent exiger des précautions particulières). En cas de doute sur une infection récente, il sera utile de refaire un examen 3 semaines plus tard. Ce nouvel examen devra être effectué dans le même laboratoire avec la même technique.
Le prélèvement veineux s’effectue habituellement au niveau du bras.

Toxoplasmose (sérologie) : Résultats

Résultats normaux : Lors de la primo infection par Toxoplasma gondii, on note l’apparition d’anticorps de type IgM à partir du 15ème jour, puis des IgG environ 1 mois après le contact. Ces IgG vont durer toute la vie à un taux proche de 1/80. La plupart des adultes ont été en contact avec les toxoplasmes et ont une sérologie positive de type IgG. Cette acquisition de l’immunité s’est faite au cours de l’enfance. Chez une femme enceinte si lors du premier examen la sérologie est négative, elle doit être contrôlée tous les mois jusqu’à la fin de la grossesse. Parallèlement une prévention de la contamination sera mise en place (éviter la proximité avec les chats, ne pas manger de la viande crue...). Il n'existe pas vaccin contre la toxoplasmose qui est une maladie infectieuse due à un parasite.

Résultats anormaux : Si le résultat est douteux, avec en particulier un taux limite d’IgM, d’autres techniques pourront être réalisées, dominées actuellement par la culture directe de Toxoplasma gondii, ou des techniques de PCR (Polymerase chain reaction) sur le liquide amniotique. Ces différents examens ne sont pour l’instant disponibles que dans quelques laboratoires spécialisés. Chez un sujet immunodéprimé, une élévation des anticorps est hautement suspecte. Cependant sur ce terrain, une stabilité du taux d’anticorps ne permet pas d’exclure le diagnostic. Les nouvelles techniques de culture ou de PCR trouvent là aussi une bonne indication.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité