Rachi-anesthésie

Rachianesthésie : Intérêt

La rachianesthésie est pratiquée dans tous les actes opératoires chirurgicaux nécessitant une anesthésie et pour les opérations situées sous le nombril. Elle permet d’éviter la douleur lors de l’intervention.

Publicité
Rachianesthésie : Déroulement

Une consultation d’anesthésie est obligatoire avant le jour J. Elle permet une recherche d’allergie (très rare) aux anesthésiques locaux doit être réalisée avant l’intervention. L’anesthésiste vous interrogera aussi sur vos antécédents d’intervention, d’anesthésie locale et sur la survenue d’éventuels incidents. Il doit aussi se renseigner sur les médicaments que vous prenez car certains médicaments peuvent interférer avec l’anesthésique local. Des examens peuvent, si nécessaire, vous être demandés avant de prendre une décision définitive. Le médecin doit vérifier l’efficacité de l’anesthésie avant le début de l’intervention. En cas de problème pendant l’opération, le médecin peut avoir à transformer la rachianesthésie en anesthésie générale (AG).

Une perfusion est mise en place systématiquement pour pallier à tout problème et permettre l’injection des médicaments si besoin. Lors de la rachianesthésie, vous êtes soit assis soit couché sur le côté, le dos rond en chien de fusil. Votre peau est désinfectée soigneusement et une ponction est effectuée au niveau de votre colonne vertébrale lombaire avec une aiguille fine spéciale qui est enfoncée entre 2 vertèbres et traverse la dure mère (membrane qui entoure le cerveau et la moelle épinière).

Dès que le liquide céphalo-rachidien s’écoule, l’injection du produit anesthésique est réalisée dans la cavité céphalo-rachidienne où circule le liquide céphalo-rachidien. La rachianesthésie est différente de la péridurale durant laquelle l'anesthésique est injectée autour de la dure mère et non au niveau de la cavité céphalo-rachidienne.

Rachianesthésie : Contre-indications

La rachianesthésie ne peut pas être réalisée si vous présentez des troubles importants de la coagulation, une épilepsie non ou mal contrôlée, une infection locale dans la zone de ponction ou une infection généralisée. Si vous présentez une hypotension artérielle, elle doit être corrigée avant ce type d’anesthésie.

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité