Prélèvement bronchique sous fibroscopie

Prélèvement bronchique sous fibroscopie : Intérêt

Cet examen a pour but de rechercher une infection pulmonaire en effectuant le prélèvement directement au contact de la lésion et donc de faire un diagnostic plus précoce.

Publicité
Prélèvement bronchique sous fibroscopie : Déroulement de l'examen

Cet examen nécessite une fibroscopie bronchique (visualisation de l'intérieur des bronches par une sonde souple muni d'une petite caméra et des outils de prélèvements). Le patient doit être à jeun de façon obligatoire. Le fibroscope (endoscope bronchique) est introduit par une narine après anesthésie locale de la narine de la gorge et du larynx par un pneumologue. L’introduction se fait sous contrôle direct de la vue. Le fibroscope est alors mis en place en regard de la lésion visible sur la radiographie du thorax. Si les lésions sont diffuses les prélèvements sont en général effectués au niveau du lobe moyen droit.

Le patient ayant eu une anesthésie du larynx ne doit pas s’alimenter dans les 2 à 3 heures après l’examen. Selon les cas, il sera effectué une : - Brosse bronchique (c’est une sorte de petit goupillon) qui sera ensuite adressé au laboratoire - Un lavage broncho alvéolaire (LBA) : du sérum physiologique sera introduit par le fibroscope puis aspiré pour être envoyé aux laboratoires (bactériologie, parasitologie, anatomopathologie selon les cas) - Un prélèvement distal pulmonaire (PDP). Un petit cathéter (petit tuyau) sera introduit dans le fibroscope et permettra d’aspirer les sécrétions au niveau précis.

Prélèvement bronchique sous fibroscopie : Résultats

A l’état normal, la brosse bronchique ramène moins de 1000 germes et le LBA moins de 10 000 germes/ml.

Résultats anormaux : On parle d’infection pulmonaire si la brosse ramène plus de 1000 ou le LBA plus de 10 000 germes/ml. Les germes seront identifiés et un antibiogramme (identification des antibiotiques efficaces contre les germes retrouvés) sera alors effectué. Les prélèvements étant effectués au contact même des lésions, la présence de certains germes (bacilles de Koch, pneumocystis...) même en de petites quantités seront considérés comme anormaux (tuberculose, pneumocystose...).

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité