Ponction lombaire

Ponction lombaire : Intérêt

La ponction lombaire consiste à introduire une aiguille creuse dans la partie inférieure de la colonne vertébrale, jusque dans les espaces sous-arachnoïdiens qui contiennent le liquide-céphalo spinal (LCS) sécrété dans les ventricules cérébraux.
Les ponctions lombaires permettent :
- De prélever du liquide pour rechercher une hémorragie méningé, une méningite bactérienne ou lymphocytaire, de poser le diagnostic de sclérose en plaque.
- D’injecter des médicaments anti-cancéreux dans les leucémies et les méningites carcinomateuses.
- De réaliser une anesthésie locorégionale par rachis-anesthésie ou péridurale.
- De soustraire du LCS dans les hydrocéphalies à basse pression ou dans l’hypertension intracrânienne bénigne.

Publicité
Ponction lombaire : Conditions de prélèvement

La ponction lombaire est réalisée sur le patient, installé en chien de fusil ou assis avec le dos bien arrondi. Une aiguille creuse (avec un mandrin) est introduite en bas de la colonne vertébrale en dessous de L3, pour ne pas toucher la moelle qui s’arrête en L2. L'examen peut être réalisé avec une petite anesthésie de la zone de ponction. Le liquide coule naturellement, il n'est pas aspiré, il est examiné et analysé immédiatement. Normal il est clair « eau de roche ». Le patient doit ensuite rester au repos pendant quelques heures.

Risques

Il faut insister sur le risque vital de la ponction lombaire dans certaines étiologies : abcès du cerveau, hémorragie méningée avec hématome intra-cérébral ou hydrocéphalie à haute pression. Elle peut entrainer le décès brutal du patient par engagement. Un scanner est absolument indispensable dans ces contextes cliniques, où la ponction lombaire est en général exclue.

Complications

Des complications peuvent survenir lors d'une ponction lombaire, mais elles sont connues et généralement évitées.
- Un malaise vagal, une douleur au point de ponction.
- Un syndrome post ponction lombaire avec des céphalées orthostatiques violentes, par hypotension intra-crânienne due à une fuite persistante de liquide par le trou de ponction méningée. Elles sont surtout importantes dans les péridurales, en particulier lors des accouchements, où peuvent s’observer également des baisses de l’audition. Le traitement est très efficace, il faut faire un « blood patch » qui consiste à injecter du sang du patient dans le rachis, dans l’espace épidural, en dehors des méninges.
- Une méningite en cas d’infection cutanée.
- Une compression de la queue-de-cheval par un hématome, s’il existe des troubles de la coagulation (en particulier un traitement par l’aspirine).

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité