Hyperglycémie provoquée

Hyperglycémie provoquée : Intérêt

Quand les résultats de la glycémie sont à la limite de la normale, et que l’on veut affirmer ou infirmer une intolérance aux sucres ou un diabète, il faut effectuer une surcharge en sucre et étudier les variations de la glycémie. Les chiffres seuils ont été définis statistiquement dans des conditions très précises. Ces conditions doivent être respectées au moment du prélèvement.

Publicité
Hyperglycémie provoquée : Conditions de prélèvement

Le patient doit être au repos à jeun depuis 12 heures, mais avoir suivi un régime normal dans les jours précédents un régime normal. Les différents médicaments pouvant interférer avec la glycémie doivent être arrêtés depuis plusieurs jours. Cet examen doit être effectué chez un patient en état stable, à distance d’une maladie aiguë.

Le patient absorbe une quantité de 75 g de sucre diluée dans 250 ml d’eau. L’ingestion doit se faire en moins de cinq minutes. Les glycémies sont alors effectuées au temps 0 (avant l’absorption de sucre), puis 30, 60, 90 et 120 minutes après. Chez la femme enceinte, la quantité de sucre est de 100 g, avec les mêmes limites pour la glycémie. Affirmer un diabète gestationnel (diabète durant la grossesse) ne préjuge pas de l’avenir au point de vue diabétique. Dans certains cas, sur le même principe, il est effectué uniquement, après un repas standardisé, une prise de sang à la deuxième heure, avec les mêmes normes.

Hyperglycémie provoquée : Résultats

Résultats

Normal

A jeun : 0,6 à 1,1 g/l ou 3,36 à 6,16 mmol/l

2 heures après glucose : < à 1,55 g/l ou 9 mmol/l

Intolérance au glucose

A jeun : Entre 1,1 et 1,4 g/l - Entre et 6,1 et 8 mmol/l

2 heures après glucose : Entre 1,4 et 2 g/l - Entre 8 et 11 mmol/l

Diabète sucré

A jeun : >1,40 g/l ou > 8 mmol/l

2 heures après glucose : > 2 g/l ou > 11 mmol/l

Cet examen est appelé glycémie post-prandiale. Il est un peu moins précis que le précédent, mais peut suffire dans la majorité des cas. Cet examen va définir les limites entre le normal et le pathologique. Selon la fourchette dans laquelle se trouvent les résultats, l’examen fera la part entre une absence de troubles de l’absorption du sucre, un trouble de l’absorption du sucre (intolérance au glucose) et un diabète avéré. Parfois, le pic de glycémie est retardé dans cet examen. Dans ce cas, on peut effectuer un test de surcharge en sucre par perfusion intraveineuse pour mieux définir les limites entre le normal et le pathologique, mais les limites du dosage seront alors différentes.

Dernières fiches examens

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité