Apolipoprotéines A et B

Apolipoprotéines A et B : Intérêt

Les apolipoprotéines A et B (Apo A et B) constituent la partie protéique des lipoprotéines, lesquelles assurent le transport des lipides (cholestérol, triglycérides) dans le sang.

Publicité
L’apo A1 participe au transport du cholestérol vers le foie où il va être dégradé : de fait, elle constitue un marqueur protecteur vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires.

L’Apo B participe plutôt au transport et au dépôt de cholestérol sur les parois des artères.

Elle est donc un marqueur d’athérosclérose, responsable de maladies cardiovasculaires, notamment d’infarctus du myocarde.

Ces dosages sont demandés pour évaluer le niveau de risque cardiovasculaire d’un sujet, en particulier lorsque d’autres paramètres comme le HDL-cholestérol et le LDL-cholestérol sont difficiles à doser (par exemple chez les personnes qui ont des concentrations importantes de triglycérides, perturbant les dosages).

Apolipoprotéines A et B : Conditions de prélèvement

Le prélèvement et le dosage des Apolipoprotéines A et B s’effectuent par une ponction veineuse, en général au pli du coude, chez un sujet à jeun depuis 12 heures.

Il n’est pas recommandé de faire ces dosages chez une femme enceinte ou ayant accouché depuis moins de trois mois (valeurs modifiées par la grossesse, difficiles à interpréter).

Apolipoprotéines A et B : Résultats

A titre indicatif (ces valeurs peuvent varier légèrement selon la technique de dosage) : Apolipoprotéine A1 (ou Apo A1) : 1,20 à 1,60 g/l ; Apolipoprotéine B (ou Apo B) : 0,70 à 1,30 g/l.

Certains médicaments ou certaines maladies peuvent modifier les valeurs d’Apo A et d’Apo B dans le sang : l’Apo A1 augmente au cours des traitements par oestrogènes.

L’Apo B augmente en cas de maladie des voies biliaire, de syndrome néphrotique (maladie du rein) et lors de la prise de corticoïdes.

En dehors de ces situations, d’une manière générale, une diminution de l’Apo A1 et/ou une augmentation de l’Apo B dans le sang reflètent une augmentation du risque de maladie cardiovasculaire.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité