Accouchement assisté

Accouchement assisté : Intérêt

Pour accélérer l’expulsion du bébé lors de l’accouchement, l’obstétricien peut avoir recours à trois "instruments" : la ventouse, les forceps ou les spatules. On parle alors d’accouchement "assisté". Le recours à ces instruments est justifié quand le col de l’utérus est totalement dilaté et que le rythme cardiaque du bébé se modifie ou que la tête ne progresse plus dans le bassin ou que les efforts expulsifs de la maman sont insuffisants et qu’elle est fatiguée.
Le choix de l’instrument dépend de la situation et de la pratique de l’obstétricien.

Publicité
Comment ça se passe ?

- La ventouse placée au niveau de l’occiput du bébé permet une aspiration douce. Via une poignée, l’obstétricien exerce une traction lors des efforts expulsifs de la maman.
- Les forceps (sorte de grosse pince) sont placés de chaque côté de la tête du bébé.
- Les spatules : il s’agit de deux cuillères en métal comme les forceps mais non reliées entre elles. Elles peuvent être utilisées comme les forceps.

Les conséquences d'un accouchement assisté

- La ventouse laisse une bosse sur le crâne du bébé, un désagrément esthétique qui se résorbe rapidement tout seul. Il peut aussi se former un hématome qui, en se résorbant, peut entraîner une jaunisse.
- Les forceps laissent souvent une marque sur le visage du nouveau-né, qui disparaît rapidement.

Les risques d'un accouchement assisté

- La ventouse : il n’y a pas de risque pour le cerveau du bébé qui est protégé par les os du crâne. Si des douleurs sont ressenties par le nouveau-né, il peut y avoir une administration d’antalgiques.
- Les forceps : il y a un risque de déchirure au niveau du vagin et du périnée. Parfois, pour les prévenir, l’obstétricien peut réaliser une épisiotomie.
- Les spatules : même risque que pour les forceps.

Remerciements au Dr Frédéric Sabban, gynécologue-obstétricien.

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité