Publicité
Publicité


Faire le bilan rapide de la victime ...

  1. Apprécier l’état de conscience
  2. Apprécier la fonction respiratoire
  3. Apprécier la fonction circulatoire

Ce bilan répond à une séquence particulière et doit être réalisé rapidement (en moins de trente secondes).

Publicité
Un sujet conscient est capable d’entendre, de comprendre ce qu’on lui dit, de répondre à une question posée, de s’exprimer spontanément pour expliquer ce qui s’est passé, ce qu’il ressent, ce dont il souffre, d’exécuter un geste lorsqu’on le lui demande.

L’inconscience se traduit par l’absence de parole spontanée et ou de réponse à une question posée ou à un ordre donné.

Pour évaluer la conscience d’une victime, il faut, après s’être approcher d’elle, de lui poser une question simple, à voix haute et intelligible :

" Ça va ? Est-ce que vous m’entendez ? "

" Que vous est-il arrivé ? "

" Où avez vous mal ? " .....

Si la victime répond, même de façon peu intelligible, elle est consciente.

Si aucune réponse n’est formulée, la victime n’est pas forcément inconsciente.

Elle peut être inhibée par l’angoisse, la douleur ou avoir perdu momentanément l’usage de la parole.

Il faut donc poursuivre l’évaluation de la conscience en demandant à la victime d’effectuer un geste simple :

" Si vous m’entendez, serrez moi la main "

" Tirez la langue, ouvrez les yeux "......

Si la victime effectue l’action demandée, même si elle n’a pu répondre à la question posée, elle est considérée comme étant consciente.


Une victime est inconsciente lorsqu’elle est incapable de répondre à une question posée
et
qu’elle n’effectue pas une action qui lui a été ordonnée

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité