Une petite pause toujours appréciée

Publicité
Publicité

S’il est parfois difficile de demander à un enfant de prendre quelque chose de consistant au petit déjeuner, le goûter est un repas souvent réclamé et pratiquement toujours apprécié. Cette petite collation est indispensable à l’équilibre alimentaire de l’enfant. Elle permet surtout, s’il déjeune à la cantine, de lui apporter les vitamines des fruits frais et le calcium indispensable à sa croissance. Mais le goûter est encore justifié par la grande activité physique des enfants. C’est lui qui va leur donner l’énergie pour finir en forme la journée ou leur permettre d’entreprendre l’effort physique demandé par une activité sportive. Il se doit d’être nutritif sans pour autant couper l’appétit pour le dîner. Des générations ont dégusté la fameuse tartine de beurre et confiture. Ce goûter se compose de deux apports glucidiques, les glucides simples et rapides de la confiture et les glucides lents et complexes du pain, une combinaison idéale pour faire le plein d’énergie. Sur le plan diététique, il doit représenter un apport calorique de 200 à 300 Kcal selon l’âge de l’enfant et son appétit. C’est aussi 15 % de l’apport énergétique de la journée.

Au fil des saisons

Publicité
C’est la monotonie qui enlève tout plaisir au goûter. Et pourtant, il peut comme les autres repas changer d’un jour à l’autre et évoluer au fil des saisons. Aux tartines et gâteaux en tout genre, vous ajouterez un fruit, fraises au printemps, pêches en été, pommes et poires en automne. Préférez un fruit frais aux compotes que l’enfant consomme souvent à la cantine. De même, en été quelques biscuits légers peuvent remplacer les solides tartines de l’hiver, à moins que les vacances à la campagne ne soient l’occasion de goûter au pain fait maison. Quant aux petits sportifs, ils peuvent se régaler d’un bol de céréales : corn flakes ou müesli, énergétique et plus léger que le pain.

Pourquoi ne pas lui proposer, les mercredis ou les week-ends, de réaliser son goûter. Voici les toutes premières réalisations : le gâteau au yaourt, un grand classique de l’école maternelle, le quatre-quarts, tous les gâteaux à préparation froide. Faire la cuisine est aussi l’occasion de retrouver les traditions : les crêpes à la chandeleur, les beignets à carnaval, la galette des rois à l’Épiphanie, les oeufs décorés ou en couronne à Pâques.

Mais un goûter n’est pas obligatoirement sucré, les fromages, le jambon font aussi d’excellentes tartines pour le quatre-heures. Pensez encore que les sucres naturels sont plus intéressants sur le plan diététique. N’hésitez pas à varier les miels et tentez le sirop d’érable si cher aux Canadiens.

On croque toujours les coins d’un biscuit pour en arriver au coeur, preuve qu’il s’agit bien d’affectivité.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité