Un cri dans la nuit

Publicité
Publicité

Normalement, à 4 mois, votre bébé n’a plus besoin d’un repas au milieu de la nuit, mais il a pu garder cette habitude. Il se réveille alors, on pourrait dire normalement après deux phases de sommeil et ne peut se rendormir qu’après avoir bu un biberon. Il n’a pas faim, mais « croit » que pour replonger dans le sommeil, il a besoin de ce palliatif. De plus, ce repas supplémentaire provoque sur le plan digestif une sensation d’inconfort qui ne va pas contribuer à le calmer. Petit à petit, il ne fait plus la différence entre les sensations de faim et de sommeil. De même, peut-être a-t-il pris l’habitude de s’endormir systématiquement en tétant une sucette. S’il la perd au milieu de la nuit et ne réussit pas à la retrouver, il perd aussi sa capacité de se rendormir. Avec son pouce, il n’a pas ce type de problème !

Mais des « agents » extérieurs peuvent encore influencer la qualité de son sommeil. Ce sont les bruits inhabituels. Les circonstances du premier endormissement ont beaucoup d’importance. Ainsi, le bébé qui ne s’endort que dans les bras de sa mère ou bercé par le bruit de fond de la télévision est complètement désorienté lorsqu’il s’éveille au milieu de la nuit, il ne retrouve plus ses repères et naturellement les réclame.

Publicité
L’enfant peut encore être sous l’influence d’excitants. Il subit le tabagisme passif de ses proches, s’il est encore nourri au sein et que sa mère fume ou boit du café ou du thé, voire des boissons alcoolisées, il absorbe nicotine, caféine, théine et alcool dans des proportions qui ne lui conviennent pas. Il en est de même pour certains médicaments aussi banals que l’aspirine. Certains enfants peuvent souffrir de troubles du sommeil parce qu’ils sont fatigués d’avoir été trop sollicités, soit par leurs parents incapables de les laisser « souffler », soit par un environnement trop excitant. Il y a encore ceux dont on ne respecte pas le rythme normal du sommeil et que l’on réveille au milieu d’un cycle de sommeil pour aller à la crèche ou chez leur gardienne, travail des parents oblige. Enfin, des enfants sont réveillés par leurs parents ! Au moindre cri, au premier grognement, ils se précipitent dans leur chambre. Toutes ces situations montrent qu’un enfant doit « apprendre » à dormir seul dans sa chambre, dans le silence de la nuit et qu’il ne doit en éprouver aucune angoisse.

Que faire si, pour une ou plusieurs de ces raisons, votre enfant ne « fait pas ses nuits » ? La réponse est simple, bien que pas forcément agréable pour tous. Après avoir donné à votre enfant toutes les conditions d’un bon sommeil , vous vous abstiendrez de toute intervention. Il va pleurer une nuit, peut-être deux ou trois, et apprendre à se rendormir seul. L’essentiel est de tenir. Si autre chose le dérange et qu’il « souffre », vous percevrez d’autres cris .

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité