Un bébé de plus en plus autonome

Publicité
De la position foetale à la verticalisation progressive, il faut près d’un an. Plusieurs mois au cours desquels, tel un grand sportif, votre bébé va se redresser en tonifiant les uns après les autres les muscles qui vont lui permettre bientôt de tenir debout.
Publicité

En position foetale

Dans les premières semaines, votre bébé garde la même position que celle qu’il avait dans votre utérus. Son dos est arrondi et sa tête branlante sous l’effet de ses muscles atones. Il a pourtant assez de force pour lui permettre de bouger en roulant et d’agiter ses bras et ses jambes.

Publicité
Grâce à ces mouvements, il tonifie ses muscles. Mais il faut attendre la fin des réflexes archaïques pour que votre enfant puisse faire de vrais progrès. À 1 mois environ, votre bébé relève la tête quelques secondes en prenant appui sur ses avant-bras lorsqu’il est couché à plat ventre.

La tête qui tient droite

Il devra attendre l’âge de 3 mois pour que le tonus de ses muscles de la nuque et du cou s’organise en fonction des positions prises par l’axe de son corps. Si vous le mettez assis, il est capable de tenir sa tête. À 4 mois, toujours placé sur le ventre, il relève la tête et le buste. Les muscles de son dos lui permettent de tenir la pose.

Tous ses efforts, dignes d’un grand sportif, permettent à sa colonne vertébrale de prendre la cambrure adéquate pour la position verticale. Au fil des mois, tous ses changements physiologiques lui donnent la possibilité de s’asseoir, dans un premier temps calé dans un siège ou sur des coussins.

À 6 mois, grâce à la maturation de son système vestibulaire qui gouverne l’équilibre, il est capable de se tenir assis tout seul et de se sentir prêt à passer de la position couchée à la position assise en s’aidant de ses bras et en mobilisant une volonté et une énergie incroyables.

Droit comme un i

La position assise et toute la gymnastique que votre bébé fait pour s’y mettre vont contribuer à la musculation de la ceinture scapulaire. Quand vous le mettez debout sur ses pieds, il manifeste sa joie puis s’accroupit et détend ses jambes pour rebondir.

Mais très vite, il va découvrir qu’en basculant sur le côté et en s’aidant de ses bras, il peut se déplacer en rampant. Il pousse avec les jambes, tire sur ses bras, mais ne décolle pas toujours le ventre du sol. Les bébés commencent souvent par un « ramping » arrière pour acquérir ensuite le « ramping » avant. Dans peu de temps, il marchera à quatre pattes.

La verticalisation progessive

Ainsi il renforce sa ceinture pelvienne et apprend à coordonner ses mouvements. Des acquis qui lui donneront envie de se mettre debout, mais en se tenant fermement à un meuble. Marcher de manière autonome à 9-10 mois, est exceptionnel. La plupart des bébés attendent encore deux à trois mois .

Certains enfants sont tellement performants à quatre pattes qu’ils vont rester « 4x4 » très longtemps. Se déplacer ainsi est une conquête fantastique pour l’enfant, mais attention c’est aussi l’accès à quantité de risques.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité