Sa première dent

Publicité
Publicité

Bien qu’il arrive qu’un bébé naisse avec une ou deux dents, c’est vers 6 mois que votre enfant va percer ses premières dents : les incisives centrales de la mâchoire inférieure. La formation des dents de lait commence au cours de la 7e semaine de vie intra-utérine et au cours du 4e mois pour les dents définitives. Leur développement est parfaitement programmé. La dent se construit dans les maxillaires, de la couronne vers la racine, et les cellules qui l’élaborent de l’extérieur vers l’intérieur.

Une poussée souvent douloureuse

Publicité
Les vingt dents de lait vont percer entre le 6e mois et 2 ans 1/2 avec une programmation quasi identique pour tous les enfants, mais variable dans le temps de plusieurs mois de l’un à l’autre, chaque enfant ayant son propre rythme . Généralement, la première dent est une incisive centrale inférieure gauche, parfois l’incisive centrale inférieure droite. Toutes les autres se classent par ordre d’apparition, en 8 incisives, 4 canines, 4 prémolaires et 4 molaires. Les dents de lait ont un aspect bien particulier : très blanches en raison de leur tissu moins minéralisé que pour les dents permanentes, de petites tailles (1,5 cm à 1,8 cm) et surtout curieusement serrées. Rassurez-vous, la croissance des maxillaires donnera de la place aux dents définitives. Ce sont des dents fragiles car leurs racines ne sont pas complètement calcifiées et il faudra attendre dix-huit mois environ pour cela. Des dents de lait de mauvaise qualité n’impliquent pas de mauvaises dents plus tard, sauf si elles ne sont pas soignées.

L’éruption des dents de lait est assez douloureuse. Pour percer, la dent doit forcer d’abord le sac de chair qui l’entoure, puis la muqueuse de la gencive. Celle-ci est très résistante et provoque une inflammation stérile. En aucun cas la nature ne doit être forcée : la dent doit sortir naturellement, sans intervention. Cette poussée est souvent associée à des troubles sans gravité. L’enfant bave, a les joues en feu et pleure, notamment lorsqu’on le couche. Cette réaction est due à la pression sanguine plus forte en position couchée qui rend l’inflammation encore plus douloureuse : en soulevant légèrement la tête de l’enfant, la douleur sera moins vive.

Cette poussée s’accompagne parfois d’un petit rhume ou d’une légère diarrhée qui provoque un érythème fessier dû à l’acidité inhabituelle des selles. En fait, ces troubles sont liés au processus inflammatoire qui accompagne la poussée dentaire. Le bourgeon dentaire enflamme la gencive et prédispose à l’attaque de microbes pathogènes. Seul le temps, qui favorise l’installation d’une meilleure immunité, permettra à l’enfant de mieux résister.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité